Centre Pompidou

RETOUR

Musée

L'oeil écoute

image
Accès avec le billet Musée et expositions

Une fois par an, jalonnant le parcours des collections du Centre Pompidou, une nouvelle séquence d’expositions-dossiers propose au visiteur une relecture de l’histoire de l’art du 20e siècle à travers un thème. De traverses en vitrines, de vitrines en salles, ces espaces d’étude et de recherche, qui émaillent la visite, permettent d’éclairer les strates de l’histoire de l’art moderne : après une séquence consacrée aux « Passeurs », ces historiens, critiques d’art et amateurs éclairés qui ont tant contribué à son écriture, après « Politiques de l’art » qui a souligné l’engagement des artistes pour les grandes idéologies du 20e siècle, le musée met aujourd’hui en exergue quelques-uns des liens

lire la suite

Une fois par an, jalonnant le parcours des collections du Centre Pompidou, une nouvelle séquence d’expositions-dossiers propose au visiteur une relecture de l’histoire de l’art du 20e siècle à travers un thème. De traverses en vitrines, de vitrines en salles, ces espaces d’étude et de recherche, qui émaillent la visite, permettent d’éclairer les st

lire la suite

Programmation associée

En savoir plus

Poésie sonore

Les années 1960 vivent une formidable énergie créative sur le terrain de l’invention poétique. C’est l’alchimie des expérimentations « verbo-voco-visuelles », selon les mots du théoricien Marshall McLuhan. Une génération de créateurs exploite les potentialités sonores et visuelles du langage dans des formes innovantes d’écriture et de lecture. C’est ici l’expérience d’écoute et de vision qui s’élargit en renouant avec la fibre « optophonétique » des dadaïstes. Les adeptes de la poésie sonore sont également attentifs aux nouvelles expressions musicales performées dans le cadre du Domaine musical de Pierre Boulez, poursuivis plus tard par le Domaine poétique de Jean-Clarence Lambert à l’Ame...

lire la suite

Les années 1960 vivent une formidable énergie créative sur le terrain de l’invention poétique. C’est l’alchimie des expérimentations « verbo-voco-visuelles », selon les mots du théoricien Marshall McLuhan. Une génération de créateurs exploite les potentialités sonores et visuelles du langage dans des formes innovantes d’écriture et de lecture. C...

lire la suite

Affinités électives : architecture et musique

La relation entre musique et architecture est régulièrement évoquée depuis l’Antiquité, rythmes et proportions étant ses dénominateurs communs. Elle sera l’un des axes de la théorie de l’intégration des arts. Fondées sur les travaux de mathématiciens comme Pythagore, les influences réciproques entre l’esthétique architecturale et musicale abondent : dans les principes architecturaux élaborés par Alberti ou Vitruve, les compositions musicales de Bach, la musique sérielle ou encore l’acoustique contemporaine. se distingue la collaboration entre Le Corbusier et Iannis Xenakis, à la fois compositeur, architecte et ingénieur. Dès 1953, Xenakis imagine des pans de verre « ondulatoires » pour le...

lire la suite

La relation entre musique et architecture est régulièrement évoquée depuis l’Antiquité, rythmes et proportions étant ses dénominateurs communs. Elle sera l’un des axes de la théorie de l’intégration des arts. Fondées sur les travaux de mathématiciens comme Pythagore, les influences réciproques entre l’esthétique architecturale et musicale abonde...

lire la suite

Le surréalisme et la musique : « Silence d’or »

Le silence du surréalisme face à la musique est essentiellement dû à la volonté de son fondateur, André Breton. Si ce dernier, aux côtés de Philippe Soupault et Louis Aragon, avait publié dans les premiers numéros de leur revue Littérature en 1919, des rubriques musicales signées par les compositeurs Darius Milhaud et Georges Auric, il précise dans La Révolution surréaliste le 15 juillet 1925 sa position : « Que la nuit continue donc à tomber sur l’orchestre ». Pour le poète, la création musicale apparaît être en opposition avec les fondements du groupe : l’automatisme et le modèle intérieur. Et c'est au sein du surréalisme belge, élaboré à partir de 1926 notamment autour de Paul Nougé, q...

lire la suite

Le silence du surréalisme face à la musique est essentiellement dû à la volonté de son fondateur, André Breton. Si ce dernier, aux côtés de Philippe Soupault et Louis Aragon, avait publié dans les premiers numéros de leur revue Littérature en 1919, des rubriques musicales signées par les compositeurs Darius Milhaud et Georges Auric, il précise d...

lire la suite

La musique futuriste

La révolution musicale futuriste trouve son expression majeure dans l’œuvre de Luigi Russolo. Le 11 mars 1913, sous la forme d’une lettre adressée à son ami musicien F. Balilla Pratella, Russolo rédige un manifeste intitulé « L’art des bruits ». Selon lui, la musique faite de sons est arrivée à son terme. Pleine de bruits, la vie moderne offre à la musique une matière musicale nouvelle. L’environnement sonore des grandes villes, comme celui de la campagne, modifié par les machines, invite les artistes de son époque de se l’approprier. Incluant les bruits naturels, Russolo classe les bruits en six catégories : grondements, bruits sourds, bruits de percussion, bruits soufflés, bruits persis...

lire la suite

La révolution musicale futuriste trouve son expression majeure dans l’œuvre de Luigi Russolo. Le 11 mars 1913, sous la forme d’une lettre adressée à son ami musicien F. Balilla Pratella, Russolo rédige un manifeste intitulé « L’art des bruits ». Selon lui, la musique faite de sons est arrivée à son terme. Pleine de bruits, la vie moderne offre à...

lire la suite
Musée

L'oeil écoute

4 mai 2017 - 16 avr. 2018 de 11h à 21h

Musée - Niveau 5 - Centre Pompidou, Paris
Accès avec le billet Musée et expositions
PARTAGER SUR

SUIVEZ L'ÉVÈNEMENT
SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX