L'œuvre Nu de dos, deuxième état - Centre Pompidou

L'œuvre

Nu de dos, deuxième état

Mots-clés :

concept.resource

Reproduction d'une œuvre

Crédit photographique : © Service de la documentation photographique du MNAM - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© Succession H. Matisse

À propos de l'œuvre

Henri Matisse (1869 - 1954)

Nu de dos, deuxième état

(Dos II)

1913

Bronze, patine brun-doré

188 x 116 x 14 cm Poids : 202 kg

(Georges Rudier)

Inscriptions :S.B.G.- M.N. B.DR. : : HENRI MATISSE // HM/ 3/10

1913 / 1964

Achat de l'Etat, 1964

Attribution, 1970

Numéro d'inventaire : AM 1712 S

En savoir plus

Cartel développé du Musée national d’art moderne, rédigé dans le cadre du nouvel accrochage des collections modernes, 2015-2016

« J’aime modeler autant que peindre » dit Henri Matisse, qui s’appuie sur la pratique conjointe des deux arts pour perfectionner son approche de la ligne. Quatre versions de Nu de dos, réalisées de 1909 à 1930, accompagnent son œuvre peinte, faisant écho aux problèmes picturaux rencontrés. Matisse produit chaque nouvel état à partir du précédent, en retaillant successivement les épreuves de plâtre. De l’un à l’autre, il opère un processus d’aplanissement, d’usure de la matière, d’effacement, jusqu’à l’intégration architectonique de la figure à l’espace : Nu de dos IV (1930) tend ainsi à l’a...

 lire la suite

Service de l’information des publics et de la médiation

Extrait du catalogue Collection art moderne - La collection du Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, sous la direction de Brigitte Leal, Paris, Centre Pompidou, 2007

« J’ai fait de la sculpture quand j’étais fatigué de la peinture. Pour changer de moyen. Mais j’ai fait de la sculpture comme un peintre. Je n’ai pas fait de la sculpture comme un sculpteur », a répété Matisse (Écrits et propos sur l’art, op. cit., p. 70). Peut-être pas un but en soi, la pratique de la sculpture a aidé Matisse à certains moments cruciaux de son parcours de peintre. C’est le cas de la série de bas-reliefs intitulée « Nus de dos », ses figures sculptées les plus ambitieuses, les plus liées au travail sur deux dimensions. Il semble en effet que Matisse ait travaillé chacune de...

 lire la suite

Isabelle Monod-Fontaine

Extrait du catalogue Œuvres de Matisse, catalogue établi par Isabelle Monod-Fontaine, Anne Baldassari et Claude Laugier, Paris, Éditions du Centre Pompidou, 1989

Dans le second état (1913), celui que Matisse aurait « oublié » en 1951, la préoccupation d'expressivité s'estompe au profit d'une combinaison de formes simplifiées, déjà presque géométriques. La colonne vertébrale redressée dessine un axe vertical plus stable, la pose perd tout caractère anecdotique. Les différents éléments du corps, de ce corps qui ressemble à un tronc, ont tendance à fusionner : l'épaule droite arrondie, la nuque prolongée par une forme triangulaire (cou, cheveux ? ) qui la relie à la colonne vertébrale (comme dans les figures de Cézanne), les jambes épaissies semblables...

 lire la suite

Isabelle Monod-Fontaine