L'œuvre Mexico III - Centre Pompidou

L'œuvre

Mexico III

concept.resource

Reproduction d'une œuvre

Crédit photographique : © Service de la documentation photographique du MNAM - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© David Tremlett

À propos de l'œuvre

David Tremlett (1945 - )

Mexico III

1983 - 1984

Mine graphite et pastel sur papier

231 x 202,5 cm

Inscriptions :Non signé, non daté

Achat, 1984

Numéro d'inventaire : AM 1984-415

En savoir plus

Extrait du catalogue Collection art contemporain - La collection du Centre Pompidou, Musée national d'art moderne , sous la direction de Sophie Duplaix, Paris, Centre Pompidou, 2007

Après s’être formé dans les années 1960, David Tremlett nourrit son œuvre d’inlassables voyages entrepris à travers les cinq continents. Le dépaysement et la quête de l’inconnu s’accompagnent, chez lui, d’un refus d’appartenir à une catégorie spécifique. Dénués de toute référence à une école artistique ou à une tradition académique, ses travaux picturaux et sculpturaux traduisent un univers sensible et exigeant de mots, de couleurs et de lignes. Ce sont parfois des compositions éphémères exécutées directement dans les lieux mêmes d’expositions. Lors de ses déplacements, l’artiste commence par...

 lire la suite

Camille Morando

Extrait du catalogue Collection art graphique - La collection du Centre Pompidou, Musée national d'art moderne , sous la direction de Agnès de la Beaumelle, Paris, Centre Pompidou, 2008

L’œuvre de David Tremlett, qui commence à exposer ses sculptures à partir de 1969 à Londres, ne se rattache à aucun mouvement ou catégorie spécifique, et ne suit que sa propre justification, qui est liée inexorablement au voyage. L’artiste nomade parcourt les cinq continents, où il consigne avec soin, dans des carnets, ses souvenirs et impressions : des signes et des sons pour l’essentiel, c’est-à-dire « le fugitif, l’immatériel, le presque rien ». C’est à partir de ses notes sur le « dépays », dont il évacue le récit narratif pour ne livrer que la « rémanence » et ne donner à voir que « l’éc...

 lire la suite

Camille Morando

Les collections