L'œuvre [Il ne faut pas voir la réalité telle que je suis] - Centre Pompidou

L'œuvre

[Il ne faut pas voir la réalité telle que je suis]

Mots-clés :

concept.resource

Reproduction d'une œuvre

Crédit photographique : © Bertrand Prévost - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© Adagp, Paris

À propos de l'œuvre

Max Ernst (1891 - 1976)

[Il ne faut pas voir la réalité telle que je suis]

1923

Huile sur plâtre, déposée sur toile

175 x 80 cm

Inscriptions :S.B.DR.: Max Ernst

Représentant probablement Gala, cette oeuvre fait partie d'un ensemble de peintures murales réalisées en 1923 par Max Ernst dans la Maison des Eluard. Cet ensemble, après la dépose sur toile, a été démantelé. En plus de l'oeuvre du MNAM-CCI, Centre Pompidou, d'autres sont conservées en collections patrimoniales : "La Porte avec les mains (sans titre)" (Hanovre, Sprengel Museum) et "Entrez, sortir" (Tokyo, Kawamura Memorial DIC Museum of Art) se trouvaient aussi au rez-de-chaussée ; "Au premier mot limpide" (Düsseldorf, Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen) et "Histoire naturelle" (Téhéran, Museum of Contemporary Art) étaient au premier étage de la maison.

Cette peinture murale a été exécutée au rez-de-chaussée de la maison de Paul Eluard et de sa femme Gala, au 4 rue Hennocque à Eaubonne, près de Paris.

Suite à sa redécouverte par Cécile (fille de Paul et Gala Eluard), la dépose été réalisée d’octobre 1967 à février 1968 par Gérard Guyomard (peintre restaurateur) pour effectuer le transfert sur toile en 1969. Pour l’exposition à la Galerie André François Petit (Paris) au printemps 1969, le titre, extrait d’un poème, appartenant au recueil "Capitale de la douleur" de P. Eluard, est attribué à l'oeuvre qui est signée à ce moment-là par l'artiste.

Dation, 1982

Numéro d'inventaire : AM 1982-246

Autres reproductions de l'œuvre