L'œuvre Nu debout - Centre Pompidou

L'œuvre

Nu debout

concept.resource

Reproduction d'une œuvre

Crédit photographique : © Adagp, Paris

À propos de l'œuvre

André Derain (1880 - 1954)

Nu debout

(Femme debout ; Figure debout)

[automne 1907]

Pierre

95 x 33 x 17 cm

Dation, 1994

Numéro d'inventaire : AM 1994-76

En savoir plus

Cartel développé du Musée national d'art moderne, rédigé dans le cadre de l'accrochage Modernités plurielles 2013-2014

Au début du siècle, Derain fait partie des premiers artistes à s’intéresser aux productions africaines et océaniennes. On remarque, dans le déhanchement et dans l’excessive rondeur des seins, l’influence de la sculpture indienne, et plus généralement la référence aux archaïsmes des arts dits primitifs, jusqu’à la sculpture romane. Ces aspects sont visibles dans le respect du bloc de calcaire, dans sa rugosité, son aspect non fini, ainsi que dans la géométrisation accentuée.

Service de l’information des publics et de la médiation

Extrait du catalogue Collection art moderne - La collection du Centre Pompidou, Musée national d’art moderne , sous la direction de Brigitte Leal, Paris, Centre Pompidou, 2007

Documentée, dès avril 1908, par une photographie de l’artiste américain Gelett Burgess (publiée en mai 1910 dans la revue Architectural Record pour illustrer le célèbre reportage réalisé deux ans plus tôt dans les ateliers de quelques « fauves »), cette grande figure taillée dans la pierre est un jalon important dans l’œuvre de Derain – et, plus largement, témoigne de la diversité de ses curiosités en ce moment crucial, la fin de l’année 1907.

Dans l’atelier de Derain, en avril 1908, Gelett Burgess remarque d’abord « ses sculptures africaines, d’affreux petits dieux noirs et d’affreuses dées...

 lire la suite

Isabelle Monod-Fontaine

Autre reproduction de l'œuvre