L'œuvre Ciò che sempre parla in silenzio è il corpo - Centre Pompidou

L'œuvre

Ciò che sempre parla in silenzio è il corpo

concept.resource

Reproduction d'une œuvre

Crédit photographique : © Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© Adagp, Paris

À propos de l'œuvre

Alighiero Boetti (1940 - 1994)

Ciò che sempre parla in silenzio è il corpo

(Ce qui parle toujours en silence, c'est le corps)

[1974]

Mine graphite sur carton

35,5 x 202,6 cm

Inscriptions :Non daté. Inscr. et monogrammé au revers : ADESTRA - ASINISTRA // A E B (Droite - Gauche)

Oeuvre accompagnée à titre documentaire de la bande vidéo du réalisateur Gerry Schum, Identifications, 1970. Ce film a été inventorié sous le n° d'inv. AM 2008-F6

2 éléments

Ecriture simultanée de la main droite et de la main gauche

Achat, 1997

Numéro d'inventaire : AM 1997-57

En savoir plus

Extrait du catalogue Collection art graphique - La collection du Centre Pompidou, Musée national d'art moderne, sous la direction de Agnès de la Beaumelle, Paris, Centre Pompidou, 2008

Alighiero Boetti aura été le plus singulier et le plus insaisissable des acteurs de l’Arte povera (il était invité à l’exposition fondatrice « Arte Povera e Im-spazio » [« Art pauvre et Im[age]-espace »], organisée par Germano Celant en 1967 à la galerie La Bertesca, à Gênes). La grâce très particulière de son œuvre ne tient pas à l’unité formelle d’un style aisément repérable, mais à la constance d’une attitude dubitative face au monde – ce à quoi l’usage du support papier ou de l’objet en papier, fondamental dans sa démarche, répond parfaitement –, ainsi qu’à une imagination sans bornes quan...

 lire la suite

Didier Semin

Extrait du catalogue Collection art graphique - La collection du Centre Pompidou, Musée national d'art moderne, sous la direction de Agnès de la Beaumelle, Paris, Centre Pompidou, 2008

Alighiero Boetti aura été le plus singulier et le plus insaisissable des acteurs de l’Arte povera (il était invité à l’exposition fondatrice « Arte Povera e Im-spazio » [« Art pauvre et Im[age]-espace »], organisée par Germano Celant en 1967 à la galerie La Bertesca, à Gênes). La grâce très particulière de son œuvre ne tient pas à l’unité formelle d’un style aisément repérable, mais à la constance d’une attitude dubitative face au monde – ce à quoi l’usage du support papier ou de l’objet en papier, fondamental dans sa démarche, répond parfaitement –, ainsi qu’à une imagination sans bornes quan...

 lire la suite

Didier Semin

Les collections