L'œuvre Sculpture-morte - Centre Pompidou

L'œuvre

Sculpture-morte

concept.resource

Reproduction d'une œuvre

Crédit photographique : © Georges Meguerditchian - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© succession Marcel Duchamp/ Adagp, Paris

À propos de l'œuvre

Marcel Duchamp (1887 - 1968)

Sculpture-morte

été 1959

Fruits et légumes en massepain, insectes, papier monté sur bois, dans une boîte en verre

33,8 x 22,5 x 9,9 cm

Inscriptions :T.S.D. en bas : sculpture-morte / Marcel Duchamp / 59

Oeuvre réalisée à Cadaquès

Dation, 1993

Numéro d'inventaire : AM 1993-121

En savoir plus

Extrait du catalogue Collection art graphique - La collection du Centre Pompidou, Musée national d'art moderne, sous la direction de Agnès de la Beaumelle, Paris, Centre Pompidou, 2008

En 1959, Marcel Duchamp est sollicité par Robert Lebel à l’occasion de la publication de la première monographie consacrée à son œuvre. De Cadaqués, il lui envoie par la poste son autoportrait dessiné de profil et doté d’une joue en plâtre, With my Tongue in my Cheek, assorti de deux autres simulacres de lui-même : une empreinte de son pied et une composition en massepain d’une tête arcimboldesque, Torture-morte et Nature morte. Ces trois « morceaux choisis » en fac-similé, ostensiblement morbides, enfermés dans des boîtes-reliquaires, sont en quelque sorte des signes de vie sarcastiques de...

 lire la suite

Cartel développé du Musée national d’art moderne, rédigé dans le cadre du nouvel accrochage des collections modernes, 2015-2016

Sculpture morte est souvent apparentée aux portraits réalisés par l’artiste de la Renaissance Giuseppe Arcimboldo, bien qu’il soit ici difficile d’y déceler la représentation d’un visage humain. Le papier qui lui sert d’arrière-plan désigne l’artisan à l’origine de ces légumes en massepain : il s’agit du pâtissier-confiseur Bonnevie, installé à Perpignan. Un Bonnevie, passé maître dans la nature morte, cela ne peut qu’inspirer Marcel Duchamp, qui fait du jeu avec les mots le fondement de son art.

Service de l’information des publics et de la médiation

Extrait du catalogue Collection art graphique - La collection du Centre Pompidou, Musée national d'art moderne, sous la direction de Agnès de la Beaumelle, Paris, Centre Pompidou, 2008

En 1959, Marcel Duchamp est sollicité par Robert Lebel à l’occasion de la publication de la première monographie consacrée à son œuvre. De Cadaqués, il lui envoie par la poste son autoportrait dessiné de profil et doté d’une joue en plâtre, With my Tongue in my Cheek, assorti de deux autres simulacres de lui-même : une empreinte de son pied et une composition en massepain d’une tête arcimboldesque, Torture-morte et Nature morte. Ces trois « morceaux choisis » en fac-similé, ostensiblement morbides, enfermés dans des boîtes-reliquaires, sont en quelque sorte des signes de vie sarcastiques de...

 lire la suite