Centre Pompidou Virtuel

choisissez votre langue

  • A (taille -1)
  • A (taille 0)
  • A (taille +1)

Imprimer

Le Centre Pompidou

Qui sommes-nous ?


Histoire du Centre Pompidou

Inauguré en 1977, le Centre est déjà riche d’une extraordinaire histoire. En quelques mots, parcourez l'histoire de ce centre d'art et de culture voulu par le Président Georges Pompidou


La naissance d’un concept

En 1969, le Président Pompidou décide d’affecter le plateau Beaubourg à la construction d’un centre culturel pluridisciplinaire d’un type entièrement nouveau, nouvelle impulsion donnée à plusieurs projets qui ont jusque là échoué : Le projet de construire à Paris une grande bibliothèque de lecture publique accessible au plus grand nombre envisagé depuis la Libération. Ou par ailleurs, la réhabilitation du musée national d’art moderne, installé dans l’une des ailes du Palais de Tokyo qui était dans un état de quasi-abandon faute de moyens et d’espace.

Outre la création d’une nouvelle bibliothèque et le transfert du musée national d’art moderne, le projet englobait au sein du nouveau Centre les activités du Centre d’art contemporain installé rue Berryer et la petite équipe qui, autour de François Mathey, avait développé au sein du musée des arts décoratifs une politique dynamique d’expositions d’art contemporain.

Vint s’ajouter dès 1970 le projet d’un centre de création musicale organisé selon les vues du compositeur Pierre Boulez, qui avait pris, quelques années auparavant, la décision de quitter la France pour protester contre la situation de la musique contemporaine dans notre pays et à qui la création de l’Ircam donnerait enfin la possibilité de rentrer dans notre pays.

Le concours international d’architecture

Un grand concours d’idées est lancé, auquel peuvent participer, pour la première fois dans notre pays, les architectes du monde entier. 681 concurrents, originaires de 49 pays différents, présentent un projet.

Le projet de trois architectes associés est retenu par le jury international, présidé par l’architecte-ingénieur Jean Prouvé : deux Italiens, Renzo Piano et Gianfranco Franchini, et un Anglais, Richard Rogers, alors quasi-inconnus. Renzo Piano et Richard Rogers assurèrent seuls la conduite effective du projet et firent ensuite carrière séparément : chacun d’eux obtint le prestigieux Prix Pritzker, la plus haute distinction dans le domaine de l’architecture.

Aujourd’hui considéré comme un des  bâtiments emblématiques du XXe siècle et adopté par les Parisiens, le bâtiment de Piano et Rogers, souvent comparé par ses détracteurs à une raffinerie de pétrole, suscite, tout au long des années 1970, une énorme polémique.

Inauguration, ouverture au public et vie du Centre Pompidou

Le Centre Pompidou est inauguré le 31 janvier 1977. Dès son ouverture au public, le 2 février 1977, il rencontre un immense succès, très au-delà de toutes les espérances. Il devient vite l’un des lieux culturels les plus fréquentés au monde et l’un des monuments les plus visités de France.

La fin des années 70 et les années 80 voient le Centre proposer des expositions qui marquent leur temps : la série des « Paris-… » (« Paris-New York », « Paris-Berlin », « Paris-Moscou », « Paris-Paris »), « Vienne, naissance d’un siècle », « les Immatériaux », « Mémoires du futur », « Cartes et figures de la Terre », « les Magiciens de la Terre »… Sous l’impulsion de ses directeurs, Pontus Hulten, puis Dominique Bozo, la collection du MNAM est considérablement développée et devient l’une des toutes premières au monde dans le domaine de l’art moderne et contemporain.

A la faveur d’une réforme globale de l’organisation du Centre Pompidou créant notamment le Département du développement culturel (Ddc) en réunissant les spectacles vivants, les cinémas et les activités de parole, la fusion du Mnam et du Cci permet la constitution d’une collection d’architecture et de design, devenue en vingt ans l’une des plus remarquables au monde.

Après vingt ans d’activité et après avoir reçu plus de 150 millions de visiteurs, le Centre Pompidou procède à des travaux de rénovation, à l’initiative du Président Jean-Jacques Aillagon. L’Etat alloue les crédits permettant de créer des espaces supplémentaires nécessaires à la présentation des collections et au développement des activités du spectacle vivant. Ainsi, 100 000 m2 de surface sont réaménagés entre octobre 1997 et décembre 1999. Le Centre Pompidou procède à une révision de son organigramme qui lui permet de mieux répondre à ses missions au sein du Mnam-Cci (inventaire, conservation, restauration et enrichissement du fonds) mais également pour les activités liées aux spectacles vivants et à la médiation.

Ainsi, le Centre Pompidou rouvre ses portes au public le 1er  janvier 2000 : le succès est de nouveau au rendez-vous, avec une moyenne de 16 000 visiteurs par jour en 2000.

Une dynamique perpétuelle et une démarche stratégique volontaire.

Dès l’an 2000, le Président Jean-Jacques Aillagon lance le projet du Centre Pompidou-Metz, une institution sœur délocalisée du Centre Pompidou qui a été inaugurée le 10 mai 2010. Autonome, construit dans un partenariat étroit avec les collectivités locales messines, mais présidé par le président du Centre Pompidou et entretenant avec lui des liens étroits, il propose une programmation à la rencontre de tous les publics, en bénéficiant du savoir-faire du Centre Pompidou et d’un accès privilégié à la collection du Mnam, la première en Europe dans le domaine de l’art moderne et contemporain.

Voulu par  le Président Alain Seban et inauguré le 13 octobre 2011, le Centre Pompidou mobile est le premier musée nomade au monde, conçu pour aller aux devants du public qui ne va jamais au musée. Dans une structure légère, démontable et transportable, imaginée par l’architecte Patrick Bouchain, il présente une sélection d’une quinzaine de chefs d’œuvres de l’art moderne issus de la collection du Centre Pompidou.  


La démarche stratégique

Le Président Alain Seban, nommé président du Centre Pompidou le 2 avril 2007, a voulu que l’établissement se dote d’une démarche stratégique, singulière parmi les grands établissements culturels.

Celle-ci réaffirme les missions et priorités du Centre Pompidou qui doit être une plateforme d’échanges entre la société et la création contemporaine, au service d’une vision directement issue de celle du Président Georges Pompidou. Lieu populaire qui s’adresse à l’ensemble des Français, le Centre Pompidou suit la création contemporaine et crée des liens avec les artistes, en particulier ceux de la scène française.

Répondant à ces enjeux, l’offre culturelle du Centre Pompidou a été pensée pour s’articuler autour de trois thématiques (exposition d’histoire de l’art, expositions thématiques pluridisciplinaires et monographies de créateurs contemporain) et d’un nouvel axe pluridisciplinaire

Ainsi définie, la mission du Centre Pompidou est une mission nationale qui implique que l’institution ne soit pas seulement présente à Paris et en Ile-de-France mais cherche à développer une action sur l’ensemble du territoire, en s’inscrivant dans le cadre de la décentralisation culturelle.

Par ailleurs, parce que le Centre Pompidou est chargé de conserver et de développer une collection nationale d’art moderne et contemporain, il s’attache à prendre en compte, dans l’exercice de sa mission fondamentale, cet impératif patrimonial et à s’inscrire dans une histoire de l’art qu’il contribue à étudier et à faire connaître : c’est l’une des missions essentielles du Mnam.

Les priorités

Dans le cadre des axes stratégiques, le Centre se donne un certain nombre de priorités destinées à structurer son action sur la période 2007-2012 :

Mettre en valeur notre patrimoine : Le patrimoine du Centre Pompidou est constitué à la fois des collections dont l’Etat lui a confié la garde, que l’établissement s’attache à faire mieux connaître à travers sa politique de renouvellement régulier de la présentation dans les espaces des niveaux 4 et 5, mais aussi à travers une politique dynamique de prêts et dépôts ainsi que d’expositions hors les murs, notamment à l’étranger, et aussi bien sûr à travers des projets tels que le Centre Pompidou-Metz et le Centre Pompidou mobile, mais aussi du bâtiment de Piano et Rogers, dont la rénovation, devenue indispensable, fait l’objet d’un plan pluriannuel d’investissements dont le premier volet implique le remplacement sur 3 ans (2012-2014) des centrales de traitement d’air qui assurent la climatisation ;

Clarifier notre offre : Dans la ligne des axes stratégiques, le Centre Pompidou s’est doté d’une stratégie de programmation dans le domaine des expositions temporaires articulée autour de trois axes (expositions d’histoire de l’art, expositions thématiques pluridisciplinaires et monographies de créateurs contemporains), dont le succès s’est traduit par un développement spectaculaire de la fréquentation (+30% entre 2007 et 2011) ; le département du développement culturel s’est vu confier la responsabilité d’une nouvelle programmation pluridisciplinaire plus prospective, afin de retrouver la dimension de centre de création que le Président Pompidou avait souhaité inscrire au cœur des missions de l’établissement et de renouer ainsi un lien plus étroit avec les créateurs ;

Renouveler nos propositions : Le Centre Pompidou s’est affirmé de nouveau comme un lieu majeur d’innovation culturelle avec ses projets stratégiques (voir ci-dessous) tels que le Nouveau festival, le Studio 13/16, le Centre Pompidou-Metz, le Centre Pompidou mobile, le Centre Pompidou virtuel ou l’exposition « Paris-Delhi-Bombay… », ainsi qu’avec l’expérimentation de nouveaux formats, intermédiaires entre exposition, spectacle et performance, à l’image des « Rendez-vous du Forum », inaugurés en 2010 ;

Être un acteur mondial : Pour répondre à la mondialisation de la création artistique, la collection du Centre Pompidou doit devenir globale. C’est, pour le Mnam, le défi majeur du XXIe siècle. Le relever suppose que l’établissement sache construire un réseau global d’information et de soutien pour conserver à sa collection son caractère véritablement universel.

La collection du Mnam/Cci

Rassemblant plus de 100 000 œuvres, la collection du Musée national d’art moderne / Centre de création industrielle constitue l’un des premiers ensembles mondiaux de référence pour l’art des XXe et XXIe siècles. Des grands fonds historiques aux acquisitions les plus récentes, elle couvre les domaines des arts plastiques, du dessin, de la photographie, des nouveaux médias, du cinéma expérimental, de l’architecture, du design et de la prospective industrielle.

L'intégralité de la collection est consultable dans notre centre de ressource accessible notamment via le moteur de recherche.

Vous pouvez également effectuer une recherche avancée sur la collection en ligne du Musée national d'art moderne - Centre de création industrielle.

Le document Demande de prêt des œuvres de la collection du Musée national d’art moderne/Centre de création industrielle précise les procédures à suivre afin de demander une œuvre en prêt, demander une reproduction photographique ou encore demander une autorisation de tournage.

L'organisation du Centre Pompidou

Créé par la loi du 3 janvier 1975, le Centre Pompidou voit ses principes d’organisation définis par le décret du 24 décembre 1992 modifié.

Vous pouvez également consulter l'organigramme du Centre Pompidou.


Un établissement public national à caractère administratif

Le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou (CNAC-GP), est un établissement public à caractère administratif (EPA) placé sous les tutelles des ministres chargés de la culture et du budget.

Un établissement public est une personne morale de droit public à laquelle l’Etat a décidé de déléguer tout ou partie de la conception et de la mise en œuvre d’une politique publique. Constituant un démembrement de l’Etat, il agit, comme ce dernier, au nom et pour le compte de la République française,

Bénéficiant de la personnalité morale et de l’autonomie juridique et financière, il bénéficie de subventions mais aussi de ressources propres (droits d’entrées, partenariats, mécénat…) et recrute son personnel.

Placé sous la tutelle mais non sous l’autorité des ministres concernés, un établissement public ne reçoit de directives du Gouvernement que dans le cadre prévu par les textes constitutifs et selon les procédures précises qui y sont consignées.

Au sein du conseil d’administration siègent des représentants des ministères concernés (Culture, Budget), des parlementaires, le maire de Paris et  des représentants du personnel ainsi que des personnalités qualifiées.

Le Président du Centre Pompidou

Le Président du Centre national d’art et de culture-Georges Pompidou (CNAC-GP) est nommé pour une durée de 5 ans par décret du Président de la République délibéré en Conseil des ministres. Son mandat est renouvelable par période de 3 ans.

Pour la durée de son mandat, le Président reçoit de la plus haute autorité de l’Etat le mandat de conduire la politique de l’établissement conformément à ses missions statutaires et dans le cadre des orientations fixées par l’Etat, notamment par la voix de ses représentants au conseil d’administration, et sous la surveillance de celui-ci.

Le Président préside le conseil d’administration et a toute autorité sur l’ensemble des départements, directions et services de l’établissement, dans tous les domaines de leur activité.

Il est de droit président du conseil d’administration de la Bibliothèque publique d’information (Bpi), qui constitue un établissement public administratif distinct, et président de l’Ircam, constitué sous forme d’association de la loi de 1901. L’ensemble dénué de personnalité morale constitué du CNAC-GP, de la Bpi et de l’Ircam est dénommé « Centre Pompidou ».

Le Président est également président du conseil d’administration du Centre Pompidou-Metz.

Le directeur général est nommé par arrêté du Ministre chargé de la Culture, sur proposition du président. Il est chargé, sous l'autorité du Président, de l'administration et de la gestion de l'établissement public.

Les conseils du Centre Pompidou

Les principes de collégialité – gage d’un examen et d’une discussion approfondis des grandes orientations – et de paritarisme – organisant le débat entre l’administration et les représentants élus du personnel – sont à la base de l’organisation des instances délibératives du Centre Pompidou.


Le conseil d’Administration

Le Conseil d’Administration comprend 18 membres, y compris le président du Centre Pompidou qui le préside :

- 6 représentants de l'Etat dont 5 représentants du ministère de la Culture et 1 représentant du ministère du Budget ;
- 4 parlementaires (2 députés et 2 sénateurs) représentant les commissions des Affaires culturelles et des Finances des deux assemblées ;
- le maire de Paris ou son représentant ;
- 3 personnalités qualifiées désignées par le ministre de la Culture ;
- 3 représentants élus du personnel.

Le directeur général de l'établissement, les directeurs de département et les dirigeants des organismes associés, le représentant du contrôle général économique et financier et l'agent comptable, ainsi que toute personne dont le président juge la présence utile assistent aux réunions du conseil d'administration avec voix consultative.

Le conseil d'Administration se réunit au moins trois fois par an et règle, par ses délibérations, les affaires de l'établissement. A ce titre, il est notamment chargé d’adopter le budget et ses décisions modificatives ainsi que le compte financier de l’exercice clos ; les grandes orientations de la politique culturelle et de la programmation des manifestations de l'établissement ainsi que de la politique tarifaire ; le rapport annuel d'activité.

Le Conseil de Programmation

Le Conseil de Programmation réunit le Président, le directeur général, les directeurs des départements et organismes associés du Centre : Mnam/Cci, Ddc, Bpi et Ircam, le directeur du Centre Pompidou-Metz, les directeurs de la communication et des partenariats, juridique et financier, de la production, des ressources humaines, des publics, des éditions, des systèmes d’information et télécommunications, le délégué à l’action culturelle audiovisuelle ainsi que le directeur adjoint du Mnam/Cci chargé de la programmation culturelle.

Il est consulté par le Président sur les décisions qu’il prend en matière de programmation des manifestations, expositions temporaires, spectacles, cycles de cinéma ou de parole. Il se réunit environ 2 fois par mois et entend les conservateurs et programmateurs du Centre ou les commissaires extérieurs ayant un projet à proposer. Un débat a lieu à l’issue des présentations avant que le Président valide, ajourne ou rejette le principe de l’inscription du projet dans le calendrier des manifestations du Centre.

Favorisant la transparence, le Conseil de Programmation est l’instance où se met en œuvre la pluridisciplinarité. Ainsi, très en amont des projets, les directeurs des différents départements et directions peuvent faire des propositions associées et concevoir de véritables manifestations pluridisciplinaires.

Les instances paritaires

Le Centre Pompidou, comme tous les établissements publics à caractère administratif, applique les dispositions réglementaires applicables aux agents publics. Outre le conseil d’administration précité, il existe ainsi trois instances paritaires au sein desquelles les agents du Centre Pompidou sont représentés par des représentants élus.


Le Comité technique (CT)

Le CT (qui a succédé au Comité technique paritaire depuis le 1er  novembre 2011) comprend 2 représentants de l’administration (le président de l’établissement et le directeur général) et 10 représentants élus par les personnels. Il est présidé par le Président du Centre qui peut également être assisté en tant que de besoin par le ou les représentants de l’administration de son choix exerçant auprès de lui des fonctions de responsabilité et concernés par les questions soumis à l’avis du comité.

Il se réunit au moins 2 fois par an sur convocation de son Président, à son initiative ou, dans un délai maximum de 2 mois, sur demande écrite de la moitié au moins des représentants titulaires du personnel.
Il est consulté et chargé d’émettre un avis notamment sur :
- les questions et les projets de textes relatifs au fonctionnement et à l’organisation du Centre ;
- les grandes orientations à définir pour l’accomplissement des missions du Centre ;
- les programmes de modernisation des méthodes et techniques de travail et leur incidence sur la situation du personnel ;
- le bilan social et différentes dispositions de gestion collective du personnel ;
- les règles statutaires régissant les personnels.

Décret n° 82-452 modifié du 28 mai 1982
Décret n° 2011-184 du 15 février 2011

Le Comité d’hygiène et de sécurité et conditions de travail (CHSCT)

Commun au Cnac-GP et à la Bpi, il est présidé par le directeur général. Il comprend, outre le responsable ayant autorité en matière de gestion des ressources humaines et le directeur de la Bpi, des représentants du personnel désignés par les organisations syndicales et le médecin de prévention. Sont également associés aux travaux du CHSCT l’inspecteur santé et sécurité (anciennement inspecteur hygiène et sécurité) et les assistants ou conseillers de prévention (anciennement agents chargés de la mise en œuvre des règles d’hygiène et de sécurité au travail, Acmo).

Il contribue à la protection de la santé et à la sécurité dans le travail de tous les agents du Centre Pompidou.

Il traite notamment des questions relatives :
- à l’observation des prescriptions législatives et réglementaires en matière d’hygiène et de sécurité ;
- aux méthodes et techniques de travail et au choix des équipements de travail dès lors qu’ils sont susceptibles d’avoir une influence directe sur la santé des agents ;
- aux projets d’aménagement, de construction et d’entretien des bâtiments au regard des règles d’hygiène et de sécurité et de bien-être au travail ;
- aux mesures prises en vue de faciliter l’adaptation des postes de travail aux handicapés ;
- aux mesures d’aménagement des postes de travail permettant de favoriser l’accès des femmes à tous les emplois et nécessaires aux femmes enceintes.

Le Chs procède aussi à l’analyse des risques professionnels auxquels sont exposés les agents et débat chaque année d’un rapport sur l’évolution des risques professionnels. Il suggère toutes les mesures de nature à améliorer l’hygiène et la sécurité du travail et coopère à la préparation des actions de formation à l’hygiène et à la sécurité.

Décret n°82-453 modifié du 28 mai 1982
Décret n° 2011-774 du 28 juin 2011

La Commission administrative paritaire (CAP)

La Commission administrative paritaire (CAP) est un organisme consultatif où siègent des représentants de l’établissement désignés par le Président et des représentants élus du personnel. Cette commission donne son avis préalablement aux principales décisions d’ordre individuel relatives à la carrière des agents. Par l’intermédiaire de leurs représentants, les agents du Centre Pompidou participent ainsi à la préparation des décisions concernant leur carrière.

La Cap examine notamment les questions suivantes :
- mobilité interne du personnel ;
- attribution des avantages statutaires (saut d’échelon et bonification d’ancienneté dans l’échelon) ;

Elle peut, par ailleurs, être appelée à siéger en conseil de discipline.

Les membres de la commission siègent en 3 collèges :
- le premier collège traite des questions relatives aux personnels classés dans le groupe I (1A et 1B) ;
- le deuxième collège traite des questions relatives aux personnels classés dans le groupe II ;
- le troisième collège traite des questions relatives aux personnels classés dans les groupes III, IV et HE.

Décret 82-451 modifié du 28 mai 1982 relatif aux commissions administratives paritaires
Décret 82-447 du 28 mai 1982 relatif à l’exercice du droit syndical dans la fonction publique  

Les directions et départements du Centre Pompidou

Le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou (Cnac-GP) est composé de deux départements, huit directions et de l’Agence comptable. Les directeurs de département sont, à l’instar du directeur général, nommés par arrêté du ministre chargé de la Culture sur proposition du Président du Centre ; les autres directeurs sont, comme tous les agents de l’établissement, nommés par le Président du Centre.


Le Musée national d’art moderne / Centre de création industrielle

Missions

Le département du Musée national d'art moderne / Centre de création industrielle a pour mission :
d'inventorier, de conserver, de restaurer, d'enrichir, de présenter au public et de mettre en valeur les collections d'œuvres d'art dont le Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou a la garde, dans les domaines des arts plastiques, des arts graphiques, de la photographie, du cinéma expérimental, de la vidéo, des nouveaux médias, de la création industrielle, du design et de l'architecture depuis le début du XXe siècle ; ces collections comprennent également les fonds documentaires et les archives qui les concernent ;
de présenter au public, en tous lieux, toute manifestation visant à diffuser et à approfondir la connaissance de l'art depuis le début du XXe siècle ;
 de favoriser la création contemporaine sous toutes ses formes.

Organisation

Le département du Musée national d’art moderne / Centre de création industrielle comprend :
- la conservation des collections arts plastiques, qui s’organise en 8 services : collections modernes, collections contemporaines, création contemporaine et prospective, arts graphiques, photographie, cinéma expérimental, nouveaux médias et restauration des œuvres ;
- la création industrielle, qui comprend les services architecture, design et prospective industrielle ;
- le service de la Bibliothèque Kandinsky - centre de documentation et de recherche du musée national d’art moderne - centre de création industrielle, qui comporte une salle de lecture ouverte également aux chercheurs en histoire de l’art du XXe siècle ;
- le service des collections, placé sous l’autorité conjointe de la direction de la production.

A noter qu’une partie du personnel du service restauration des œuvres et du service des collections, exerce ses missions au sein des réserves, localisées en dehors du bâtiment principal Centre Pompidou.

Le département du musée assure le secrétariat de la commission d’acquisition et le secrétariat de la commission des prêts et dépôts, et le commissariat de l’accrochage des œuvres de la collection et de la plupart des expositions temporaires.

Le département du développement culturel (Ddc)

Missions

Le département du développement culturel a pour mission :
- de participer, par tous moyens, à l'enrichissement et à la diffusion de la création contemporaine sous toutes ses formes comme à la réflexion sur les questions touchant à la société et à la culture contemporaines ;
- de présenter au public, en tous lieux, toute manifestation relevant de sa mission, notamment dans les domaines du spectacle vivant, du cinéma et de l'audiovisuel, de la promotion des formes artistiques émergentes, de la réflexion sur les grandes mutations de l’art et de la culture d'aujourd’hui.

Organisation

Le Ddc se compose :
- du service de la parole
- du service des cinémas
- du service des spectacles vivants.

La direction des publics (Dpu)

MISSIONS

La direction des publics forme les publics de demain par des actions éducatives et une programmation spécifique à destination des enfants, des adolescents et des jeunes adultes en vue de :
- fidéliser les visiteurs et rechercher de nouveaux publics, par des actions de développement, une politique tarifaire adaptée, et de favoriser l’accès des publics handicapés et du champ social ;
- proposer à tous les publics des dispositifs écrits, oraux et multimédia permettant une meilleure compréhension de la programmation du Centre et de sa collection ;
- accueillir, orienter et informer les publics du Centre, et surveiller les œuvres dans les galeries d’exposition et dans les espaces du Musée ;
- participer à une meilleure connaissance des publics du Centre par des enquêtes régulières.

ORGANISATION

La direction se compose de quatre services :
- le service de l’action éducative et de la programmation publics jeunes ;
- le service du développement des publics ;
- le service de l’information des publics et de la médiation ;
- le service de l’accueil des publics.

La direction du bâtiment et de la sécurité (Dbs)

MISSIONS

La direction du bâtiment et de la sécurité est responsable de la sécurité des personnes et des biens, notamment des œuvres, de jour comme de nuit. La direction assure le bon fonctionnement du bâtiment et des locaux annexes ainsi que des installations techniques. Elle est à ce titre chargée des travaux, de la maintenance, de l’entretien, du mobilier et de la signalétique.

ORGANISATION

La direction du bâtiment et de la sécurité se compose de 3 services :
- service du bâtiment ;
- service de la sécurité ;
- service des moyens généraux.

La direction de la communication et des partenariats (Dcp)

MISSIONS

La direction de la communication et des partenariats propose et met en œuvre la stratégie de communication et la politique d’image de l’établissement.
A ce titre, elle est garante de l’identité visuelle de l’établissement, organise la promotion des manifestations et activités du Centre Pompidou, réalise ou fait réaliser les supports de communication à destination des médias. Par le biais de la recherche de mécènes et partenaires médias et internationaux, elle contribue financièrement à la réalisation des projets stratégiques, des expositions et des événements du Centre.
Elle gère également l’accueil des personnalités et la privatisation des espaces.
Elle est en charge de la communication interne.

ORGANISATION

La direction de la communication et des partenariats se compose d’un service, de 5 pôles et d’une délégation :
- service des relations publiques et des privatisations ;
- pôle mécénat et partenariats ;
- pôle presse ;
- pôle image ;
- pôle communication interne ;
- pôle de gestion.

La direction des éditions (Dired)

Missions

La direction des éditions est responsable de l’édition d’ouvrages dans les domaines d’intervention du Centre Pompidou ainsi que de la réalisation de produits dérivés. Elle définit la politique de diffusion de ces productions et  assure la responsabilité éditoriale du site internet de l’établissement.

ORGANISATION

La direction des éditions se compose de 4 services et de 2 pôles :
- service éditorial ;
- service iconographie et gestion des droits ;
- service commercial ;
- service multimédia (SMu) ;
- pôle de gestion administrative et financière ;
- pôle fabrication.

La direction juridique et financière (Djf)

MISSIONS

La direction juridique et financière établit le budget et contrôle son exécution. Elle est compétente pour l’ensemble des questions financières qui relèvent de l’ordonnateur. Elle conduit la politique d’achat public et joue à ce titre un rôle d’analyse et de conseil auprès des services lors de la passation des marchés. Elle anime le réseau des correspondants budgétaires, et des correspondants marchés dans les services. Elle assure également le secrétariat d’appel d’offre, le traitement des questions juridiques et une mission de conseil et d’analyse, notamment des contentieux. Elle est responsable de la politique d’archivage au sein de l’établissement.

ORGANISATION

La direction juridique et financière se compose du :
- service de l’achat public ;
- service des finances et du contrôle de gestion ;
- service juridique et des archives.

La direction de la production (Dirprod)

MISSIONS

La direction de la production est responsable de la production des activités artistiques et culturelles du Centre, conçues et programmées par les départements, la direction des publics ou les organismes associés. Elle est chargée de la conception et de la réalisation techniques de ces manifestations, dans les espaces d’exposition et les espaces communs. Elle procède à l’accueil et à la mise en place logistique et technique des manifestations qui se déroulent dans les salles de spectacle et de cinéma, ainsi que sur la Piazza. Elle établit et gère les budgets et contrats correspondants. Elle assure la gestion des frais de missions de l’établissement.

ORGANISATION

La direction de la production se compose de 8 services :
- service architecture et réalisations muséographiques ;
- service de la régie des œuvres ;
- service audiovisuel ;
- service des ateliers et moyens techniques ;
- service des manifestations ;
- service administratif et financier ;
- service de la régie des salles ;
- service des collections (sous tutelle conjointe du Mnam/Cci).

La direction des ressources humaines (Drh)

MISSIONS

Elle est chargée de la définition et de la mise en œuvre de la politique des ressources humaines du Centre Pompidou. Elle assure à ce titre les processus liés au recrutement, au développement des carrières et à la formation continue. Elle prend en charge l’administration du personnel et notamment les opérations de paye. Elle est responsable de la médecine de prévention, de l’application des règles d’hygiène et de sécurité et de la politique d’action sociale en faveur du personnel. Enfin, elle coordonne les relations sociales et assure le secrétariat des instances représentatives du personnel.

ORGANISATION

La direction des ressources humaines se compose du :
•   service du personnel ;
•   service des carrières et de la formation ;
•   service de médecine de prévention ;
•   pôle relations sociales.

La direction des systèmes d’information et télécommunications (Dsit)

MISSIONS

La direction des systèmes d’information et télécommunications est responsable du développement et de la cohérence des systèmes d’information du Centre. A ce titre, elle assiste les utilisateurs dans la définition de leurs besoins fonctionnels, propose et met en place les solutions informatiques, installe et gère les équipements informatiques et les réseaux.

ORGANISATION

La direction des systèmes d’information et télécommunications se compose du :
- service des études et du développement ;
- service de l’exploitation et des réseaux.

L’agence comptable (AC)

MISSIONS

L’agence comptable est chargée de l’ensemble des opérations d’encaissement des ressources, de paiement des dépenses, de la tenue des comptes de l’établissement, notamment la production du compte financier, de ses annexes, des opérations bancaires afférentes, de la gestion de ses liquidités ainsi que de la présentation du bilan. Elle assure un rôle de conseil auprès de l’ordonnateur dans les domaines de sa compétence.

ORGANISATION

L’agence comptable se compose d’un service de la caisse centrale et des sections suivantes :
- comptabilité ;
- dépenses ;
- paye ;
- recettes.

Le bâtiment

« Sur la Piazza et à l’extérieur du volume utilisable, on a centrifugé tous les équipements du mouvement du public. Sur le côté opposé, on a centrifugé tous les équipements techniques et les canalisations. Ainsi chaque étage est-il complètement libre et utilisable, pour toute forme d’activité culturelle connue ou à trouver. »
Renzo Piano, architecte du Centre Pompidou

L’architecture

Conçu comme un « diagramme spatial évolutif » par ses architectes, Renzo Piano et Richard Rogers, l’architecture du Centre Pompidou présente des caractéristiques techniques qui la rendent unique au monde. Son originalité provient en premier lieu de la souplesse d’utilisation des grands plateaux intérieurs : vastes de 7500 m² chacun, entièrement libres, leur aménagement est aisément modifiable. Grâce à l’utilisation de l’acier (15 000 tonnes) et du verre (11 000 m² de surface vitrée), les constructeurs ont imposé un grand bâtiment précurseur dès les années 70, dans un pays jusqu’alors adepte du béton. Le bâtiment du Centre Pompidou, dans son usage du verre et de l’acier, est aussi l’héritier des grandes architectures de fer de l’âge industriel, depuis le Crystal Palace de Paxton, en même temps que, futuriste à bien des égards, prototype à tous égards, il s’inscrit dans le droit fil des utopies architecturales d’Archigram et de Superstudio, dans les années 60.

La structure du bâtiment

La charpente métallique est constituée de 14 portiques supportant 13 travées, de 48 m de portée chacun, espacés de 12,80 m. Sur les poteaux, et à chaque niveau, viennent s'articuler des éléments en acier moulé, les "gerberettes", qui mesurent 8 m de long et pèsent 10 tonnes.
Les poutres, d'une longueur de 45 m, s'appuient sur ces "gerberettes" qui transmettent les efforts dans les poteaux et sont équilibrées par des tirants ancrés dans des barrettes. Chaque étage a une hauteur de 7 m entre planchers. La superstructure, en verre et en acier, enveloppe les grands espaces banalisés, conçus comme entièrement modulables et susceptibles de s’adapter à des usages évolutifs.

Le code couleur

Les couleurs ont été utilisées comme élément d’habillage de la structure, selon un « code » défini par les architectes :
- le bleu pour les circulations d’air (la climatisation) ;
- le jaune pour les circulations électriques ;
- le vert pour la circulation d’eau ;
- le rouge pour la circulation des personnes (escalators, ascenseurs).

C'est à ce "code couleur", comme symbole de la pluridisciplinarité du Centre Pompidou, que fait référence le titre du magazine programme trimestriel.

Pour en savoir plus, consultez le dossier pédagogique.

La Bibliothèque publique d'information (Bpi)

La Bpi propose une offre documentaire et de contenus constamment mise à jour.

Bibliothèque multimédia, elle mobilise tous les supports d’expression disponibles.
Étroitement liée au Centre Pompidou, elle offre  une programmation culturelle privilégiant ses axes spécifiques : l’actualité, la société et le monde, la création littéraire, la culture numérique, sans oublier le cinéma documentaire avec, entre autres, le festival international du Cinéma du réel, qu’elle a créé en 1978.
Tournée vers l’innovation, elle expérimente de nouveaux outils et usages en relation avec la lecture et, plus généralement, la connaissance.

Bibliothèque nationale, elle a pour mission de développer des programmes de coopération avec les bibliothèques publiques françaises, ainsi que des relations  internationales dynamiques.

Consultez le site de la Bibliothèque publique d'information.

La Bibliothèque Kandinsky

La Bibliothèque Kandinsky est le centre de documentation et de recherche du Mnam/Cci. Elle compte parmi les grandes bibliothèques spécialisées en arts, et tous les domaines des arts visuels sont représentés. Elle conserve notamment une riche collection de livres d'artistes, d’archives privées et de manuscrits du XXe siècle provenant de collectionneurs mais aussi, de grands artistes. La bibliothèque Kandinsky est ouverte aux chercheurs, sur accréditation.

Pour en savoir plus sur les conditions d'accès et de consultation, visitez le portail documentaire.

L'Ircam

L’Ircam (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique) est aujourd’hui l’un des plus grands centres de recherche publique au monde se consacrant à la création musicale et à la recherche scientifique. Lieu unique où convergent la prospective artistique et l’innovation scientifique et technologique, l’institut est dirigé depuis 2006 par Frank Madlener, et réunit plus de cent soixante collaborateurs.

L’Ircam développe ses trois axes principaux – création, recherche, transmission – au cours d’une saison parisienne, de tournées en France et à l’étranger et d’un nouveau rendez-vous initié en juin 2012, ManiFeste, qui allie un festival international et une académie pluridisciplinaire.

Fondé par Pierre Boulez, l’Ircam est associé au Centre Pompidou sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Communication. Soutenue institutionnellement et, dès son origine, par le ministère de la Culture et de la Communication, l’Unité mixte de recherche STMS (Sciences et technologies de la musique et du son), hébergée par l’Ircam, bénéficie de la tutelle du CNRS et, depuis 2010, de celle de l’université Pierre et Marie Curie.

Consultez le site de l'Ircam.

Le Centre Pompidou-Metz

MISSIONS

Institution sœur du Centre Pompidou, le Centre Pompidou-Metz propose, dans un bâtiment conçu par les architectes Shigeru Ban et Jean de Gastines, une programmation pluridisciplinaire à la rencontre de tous les publics, en s’inspirant de l’esprit, du savoir-faire et des valeurs du Centre Pompidou.
Il présente des expositions temporaires d’art moderne et contemporain en bénéficiant d’un accès privilégié à la collection du Centre Pompidou. Des arts visuels à l’architecture, en passant par le design, la danse, le théâtre et la musique, tous les champs de la création sont présents. Des ateliers jeunes publics animent ce lieu ouvert à tous.

En novembre 2011, dix-huit mois après son ouverture, le Centre Pompidou-Metz a déjà accueilli 1,1 million de visiteurs s’imposant ainsi comme l’institution muséographique la plus fréquentée en dehors de l’Île-de-France.

Consultez le site internet du Centre Pompidou-Metz.

ORGANISATION

Le Centre Pompidou-Metz est un Établissement Public de Coopération Culturelle (Epcc), dont les membres sont Metz Métropole, la Région Lorraine, la Ville de Metz, le Centre Pompidou et l’État. Ce statut permet de garantir à la fois l’autonomie des choix scientifiques et culturels de la nouvelle institution, l’engagement et le contrôle des collectivités territoriales, qui en assument le financement et la proximité avec le Centre Pompidou, vis-à-vis duquel le Centre Pompidou-Metz a le statut d’organisme associé.

Les collectivités territoriales contribuent au budget de fonctionnement. Le Conseil général de la Moselle s’engage à étudier annuellement une convention de partenariat avec le Centre Pompidou-Metz. Le Centre Pompidou et l’État détiennent ensemble le tiers des sièges au conseil d’administration du Centre Pompidou-Metz. Les autres sièges sont répartis entre Metz Métropole, la Région Lorraine et la Ville de Metz. Le président du Conseil général de la Moselle et le président du directoire du groupe Wendel, mécène fondateur, participent au conseil d’administration en tant que personnalités qualifiées.

Le directeur du Centre Pompidou-Metz jouit, conformément aux règles régissant le fonctionnement des Epcc, d’une large autonomie en matière culturelle et scientifique. Conformément au Code général des collectivités territoriales, il est nommé par le président de l’Epcc sur proposition du conseil d’administration statuant à la majorité des deux-tiers.

Bilan d'activité

Bilan d'activité 2014 :

Version feuilletable en ligne.

Bilans d'activité (archives)

2013
Version feuilletable en ligne.

2012
Version feuilletable en ligne.

2011:
Version feuilletable en ligne.

2010 :
 Version feuilletable en ligne.
 Version PDF ( 3,2 Mo).

2009 :
 Version feuilletable en ligne.
 Version PDF ( 3,2 Mo).

Partenaires

Le Centre Pompidou remercie ses mécènes

Nous vivons grâce à nos mécènes : découvrez les mécènes du Centre Pompidou.

La Société des Amis du Musée national d'art moderne

Créée en 1903, la Société des Amis du Musée du Luxembourg, reconnue d’utilité publique en 1924, est devenue en 1946 la Société des Amis du Musée national d’art moderne. Aujourd’hui centenaire, elle est plus que jamais engagée dans l’art de son temps grâce à ses acquisitions et ses activités. Sa vocation est d’enrichir les collections d’art moderne et contemporain du Centre Pompidou.

Forte de ses nombreux adhérents et de la générosité de ses donateurs, elle permet chaque année l’acquisition d’œuvres majeures au profit du Musée national d’art moderne. Elle contribue au développement et au rayonnement du Centre Pompidou en France et à l’étranger. Au cours de rendez-vous privilégiés, les Amis du Musée national d'art moderne dialoguent avec les acteurs du monde de l’art contemporain : visites d’expositions et rencontres avec des artistes, voyages en France et à l’étranger, sont autant d’occasions d’échanges entre amateurs d’art.

La Société des Amis du Musée national d’art moderne est une association Loi 1901 reconnue d’utilité publique.

Devenez adhérent de la Société des Amis du Musée national d'art moderne et retrouvez l'ensemble de ses activités sur son site internet.

Président : Didier Grumbach
Vice-président : Florence Guerlain
Secrétaire Général : Marie-Christine zu Sayn-Wittgenstein
Trésorier : Hubert Guerrand-Hermès
Directrice : Marie-Stéfane de Sercey


Association pour le développement du Centre Pompidou (Adcp)

L’ADCP, reconnue d’utilité publique, a été fondée en 1976 à l’initiative d’Édouard Balladur et avec le soutien de Madame Georges Pompidou, afin d’appuyer le Centre dans sa double mission de diffusion de la culture et d’aide à la création contemporaines et de contribuer à assurer le développement de l’institution.

Elle est présidée depuis 2010 par Jack Lang, ancien ministre de la Culture. Edouard Balladur, ancien Premier ministre et plus proche collaborateur du Président Georges Pompidou à l’Elysée, est le président d’honneur de l’ADCP.

Recherche et formation

Les cahiers du Musée national d'art moderne

Présentation :

Publication de référence, Les Cahiers du Musée national d'art moderne donnent à lire en français le meilleur de ce qui s'élabore dans le domaine de l'histoire et de la théorie de l'art moderne et contemporain. Alternant sommaires thématiques et variés, ils proposent tous les trois mois des essais inédits d'auteurs confirmés, français ou étrangers, des travaux de jeunes chercheurs, ou des textes d'importance historique jusque-là inaccessibles. En lien étroit avec l'actualité artistique et intellectuelle internationale aussi bien qu'avec les activités du Musée national d'art moderne, la revue constitue un instrument et un support de réflexion indispensable aux professionnels comme aux amateurs. La couverture est régulièrement confiée à un artiste, qui peut aussi concevoir à l'intérieur de la même livraison un projet spécifique à l'espace imprimé.

Directeur de la publication : Alain Seban
Rédacteur en chef : Jean-Pierre Criqui

Pratique :

Pour plus de renseignement, contactez nous par email
Abonnement : Formulaire d'abonnement à imprimer et completer (format .pdf, 43 Ko)
Achat au numéro : boutique en ligne du Centre Pompidou.
Retrouvez les cahiers du musée sur Facebook sur la page dédiée et échangez sur Twitter à propos des Cahiers du musée avec le hashtag #EditionsCP

Consultez le sommaire des numéros disponibles (du 87 au 119).

Espace professionnel

Cet espace est destiné aux professionnels souhaitant interagir avec le Centre Pompidou : Emplois et stages, Espace Presse, Professionnels du tourisme, Marchés publics, Location d'espaces, Chercheurs et étudiants, Bilan d'activité, Location d'espace...

Accéder à l'espace professionnel