L'histoire

Accueil > Le Centre Pompidou > L'histoire

Le parc de stationnement dans les années 1960 choisi pour accueillir le futur emplacement du Centre Pompidou © Centre Pompidou

Voir La naissance d’un concept révolutionnaire

La naissance d’un concept révolutionnaire

En 1969, le Président Georges Pompidou décide d’affecter le plateau Beaubourg à la construction d’un centre culturel pluridisciplinaire d’un type entièrement nouveau. Il s’agit alors d’une nouvelle impulsion donnée à plusieurs projets que le futur centre culturel est appelé à rassembler : la construction, au centre de Paris, d’une bibliothèque de lecture publique accessible au plus grand nombre ; la réhabilitation du musée national d’art moderne (MNAM), installé trop à l’étroit dans l’une des ailes du Palais de Tokyo ; le projet d’un centre de création musicale (IRCAM) organisé selon les vues du compositeur français Pierre Boulez. Outre la création d’une nouvelle bibliothèque et le transfert du musée, le projet englobait les activités du Centre d’art contemporain, installé rue Berryer et l’équipe qui, autour de François Mathey, avait développé, au sein du musée des Arts Décoratifs, une politique dynamique d’expositions d’art contemporain.

Un concours international inédit

Un concours d’idées est lancé, auquel sont invités à participer les architectes du monde entier pour la première fois en France : 681 concurrents, originaires de 49 pays différents, présentent un projet.

Le projet de trois architectes associés est retenu par le jury international, présidé par l’architecte-ingénieur Jean Prouvé : deux Italiens, Renzo Piano et Gianfranco Franchini, et un Anglais, Richard Rogers, alors quasi-inconnus. Renzo Piano et Richard Rogers assurèrent seuls la conduite effective du projet et firent ensuite carrière séparément : chacun d’eux obtint le prestigieux Prix Pritzker, la plus haute distinction internationale dans le domaine de l’architecture.

Aujourd’hui considéré comme un des bâtiments emblématiques du 20e siècle, adopté par les Parisiens et aimé des touristes, le bâtiment de Renzo Piano et Richard Rogers avait été comparé par ses détracteurs – au moment de sa construction - à une « raffinerie de pétrole ». Il continua de susciter la polémique tout au long des années 1970 avant de devenir l’icône et le modèle qu’il est aujourd’hui.

Maquette du projet définitif, façade ouest, Renzo Piano et Richard Rogers, 1973 © Centre Pompidou

La façade du Centre Pompidou © Philippe Migeat, 2015

Inauguration et succès du Centre Pompidou

Le Centre Pompidou est inauguré le 31 janvier 1977. Dès son ouverture au public, le 2 février 1977, il rencontre un immense succès. Il devient vite l’un des lieux culturels les plus fréquentés au monde et l’un des monuments les plus visités de France.

La fin des années 1970 et les années 1980 voient le Centre Pompidou proposer des expositions qui marquent leur temps et contribuent à écrire l’histoire de l’art du 20e siècle : la série des « Paris-… » (« Paris-New York », « Paris-Berlin », « Paris-Moscou », « Paris-Paris »), « Vienne, naissance d’un siècle », « les Immatériaux », « Mémoires du futur », « Cartes et figures de la Terre », « les Magiciens de la Terre »… Sous l’impulsion de ses directeurs, Pontus Hulten, puis Dominique Bozo, la collection du musée national d’art moderne est considérablement développée et devient l’une des toutes premières au monde dans le domaine de l’art moderne et contemporain.

A la faveur d’une réforme globale de l’organisation, le Centre Pompidou crée en 1992 le Département du développement culturel, chargé d’établir une programmation de spectacles vivants, de cinéma et de parole (débats, rencontres et conférences). La fusion du Musée national d’art moderne et du Centre de création industrielle (Cci) permet la constitution d’une collection d’architecture et de design, devenue en vingt ans l’une des plus remarquables au monde.

Après vingt ans d’activité et après avoir reçu plus de 150 millions de visiteurs, le Centre Pompidou procède à des travaux de rénovation, à l’initiative du président Jean-Jacques Aillagon, entre octobre 1997 et décembre 1999. L’État alloue les crédits permettant de créer des espaces supplémentaires nécessaires à la présentation des collections et au développement des activités du spectacle vivant. Ainsi, 100 000 m2 de surface sont réaménagés.

Le Centre Pompidou rouvre ses portes au public le 1er janvier 2000 : le succès est de nouveau au rendez-vous, avec une moyenne de 16 000 visiteurs par jour en 2000. Actuellement, le Centre Pompidou accueille, selon les années, entre 3,5 et 3,8 millions de visites.