MOVE

Accueil > lib > MOVE

Du 2 au 26 juin 2017

 

MOVE, nouvelle manifestation annuelle, propose une réflexion sur les croisements multiples entre danse contemporaine, performance et images en mouvement.

Un grand thème inspire chaque édition de MOVE. Ce premier rendez-vous questionne la place de l’amateur, du public, et sa participation à l’œuvre. La danse contemporaine offre souvent un rôle nouveau à la figure de l’amateur. On la retrouve dans certaines créations de Pina Bausch, les propositions de Jérôme Bel ou de Boris Charmatz, par exemple.

Installations-performances, projections, conférences, rencontres participatives la première édition de MOVE s'articule autour de : Marinella Senatore, Lee Mingwei, Hips Don't Lie et Vidéodanse.

Avec cette proposition foisonnante, MOVE ouvre un espace et un temps où se tissent de nouveaux liens entre la danse, la performance et l’image en mouvement. Une programmation prospective, au croisement des disciplines qui témoigne des rencontres entre les arts.
 

Entrée libre et gratuite !
Tous les ateliers sont gratuits et accessibles à tous dans la limite des places disponibles. Pour vous assurer de pouvoir y participer, veuillez réserver par mail.

Téléchargez le programme !

Marinella Senatore

 
La pratique artistique de Marinella Senatore se caractérise par la participation du public.
L'artiste convoque des communautés entières et leur fait écrire des scénarii qui sont ensuite joués à l’aide des techniques cinématographiques les plus pointues afin de souligner la puissance créatrice de la foule et d’engager un dialogue entre l’histoire orale, la culture et les structures sociales.

En 2013, Marinella Senatore fonde The School of Narrative Dance, avec l’idée de raconter des histoires comme des expériences qui peuvent être explorées chorégraphiquement, par un apprentissage horizontal, un entraînement individuel et le développement d’une citoyenneté active qui passerait par une éducation informelle. « L’École » prend différentes formes en fonction des espaces qu’elle occupe, elle propose un enseignement alternatif qui repose sur l’émancipation, l’inclusion et l’apprentissage individuel. Elle encourage chacun à partager son savoir, à former de nouveaux groupes et à mettre ses idées en commun. The School of Narrative Dance utilise la danse comme langage commun pour réunir et célébrer le vernaculaire et l’amateur.

Les ateliers

Tous les ateliers sont gratuits et accessibles à tous dans la limite des places disponibles. Pour vous assurer de pouvoir y participer, veuillez réserver par mail.

  • Danse – Sandrine Sésé
  • Danse Malienne – Juliette Juin
  • Danse Congolaise – Bolewa Sabourin
  • Nihon-Buyô (danse Kabuki) – Shimehiro Nishikawa 
  • Danse mouvement – Maria Fonzino
  • Claquettes américaines soft-shoe – Isabelle Dauzet-Mosa
  • Calligraphie chinoise – Connie Hsiao
  • Chant – Manuela Centrone
  • Écriture  – Cécile Challier et Philippe Épaud
  • Décor, scène qui bouge – Rafael Medeiros et Letizia Giannella
  • « La voix est un geste » – Anne Lys Galen
  • Percussions corporelles – Olivier Lerat

Retrouvez le détail des ateliers ici !
 

Parade de The School of narrative dance

2 Juillet, 16h, Piazza et autour du Centre Pompidou
À l’issue des ateliers une parade urbaine se déroule autour du Centre Pompidou comme l’aboutissement festif de ces moments d’échanges. L’ensemble des participants aux ateliers, ainsi que les visiteurs, sont invités à la rejoindre. Des groupes de danseurs, musiciens et poètes se joignent au rassemblement en proposant chacun une démonstration de leur pratique ; une célébration de la puissance créatrice de la foule.

Lee Mingwei

En continu dans le Forum

Our Labyrinth a été créé en 2015 au Taipei Fine Arts Museum par l’artiste taïwanais Lee Mingwei. Il s’incarne en un dispositif simple : celui d’un espace qui apparaît progressivement avec le geste du performeur, de son balai et les chemins labyrinthiques que les grains de riz dessinent sur le sol. Invités par les performeurs à dialoguer, par les artistes à créer ou participer, les visiteurs/spectateurs sont partie prenante de la manifestation et des propositions qu’elle mobilise.

Né à Taiwan en 1964, Lee Mingwei vit aujourd’hui entre Paris et New York où il crée des installations participatives dans lesquelles les visiteurs peuvent explorer des notions telles que confiance et intimité, ainsi que des rencontres individuelles où les participants peuvent échanger sur ces questions tout en mangeant, en dormant, en marchant ou conversant. Les projets de Lee Mingwei sont souvent des scénarii ouverts, basés sur l'interaction quotidienne, qui prennent différentes formes en fonction de la participation des visiteurs et évoluent au cours de l’exposition.

« Our Labyrinth est né de mes voyages en Birmanie, à observer les bénévoles balayer le chemin des pagodes tous les jours et sans interruption, muets, complètement immergés dans ce rituel de purification à la fois du chemin lui-même, mais aussi de leurs âmes (...)  Je voudrais que les visiteurs ressentent un sentiment de beauté, de fluidité et de tranquillité, des qualités que de nombreux visiteurs disent éprouver lorsqu’ils rencontrent Our Labyrinth. J'aimerais que les visiteurs ressentent ces choses même dans le Forum du Centre Pompidou, pour y faire l’expérience du calme, voire d’une forme de sacralité, dans un espace aussi bruyant ». Lee Mingwei

Hips Don't Lie

 
En continu au Forum -1

Proposant des films d’artistes plasticiens et de chorégraphes contemporains, l’exposition « Hips Don’t Lie » travaille la danse baladi (communément appelée danse du ventre) comme une matière plurielle et transnationale, comme un espace culturel imbriqué dans des histoires géopolitiques et appartenant à de multiples sphères : celles du divertissement, de la ritualisation, de la danse contemporaine.

La danse baladi s’inscrit dans une histoire extrêmement complexe : ses origines demeurent incertaines et elle s’est développée au sein de cultures très différentes, où les danseurs sont souvent tout à la fois stigmatisés et au centre de rituels tels que les mariages et les anniversaires. Au 19e siècle,  cette danse sera en Europe une figure majeure de l’orientalisme, symbolisant des régions méconnues à l’érotisme fantasmé. Chargée du poids de cette histoire et de ces imaginaires, cette danse semble aujourd’hui n’être appréhendable qu’au travers d’un jeu de regards : celui de l’homme sur la femme, celui de l’Europe et de l’Amérique du Nord sur les pays où elle se pratique historiquement, celui des sociétés sur les danseuses et danseurs.

Les artistes présentés dans l’exposition réinvestissent cette danse, ses formes et ses poétiques. Au sein de démarches de documentation, d’actualisation, de déplacement, ils s’inscrivent dans une perspective de déconstruction des imaginaires de l’exotisme et de confrontation aux stigmatisations.
 

AVEC  

 

  • Kader Attia, Shadow
  • Breda Bedan, The Most Beautiful Woman in Gucha
  • Zoulika Bouabdellah, Dansons !
  • Safaa Fathy, Ghazeia, danseuses d’Égypte
  • Joan Jonas, Vertical Roll
  • Youssef Nabil, I Saved my Belly Dancer
  • Alexandra Paulikevitch,Tajwal
  • Nil Yalter, La Femme sans tête ou La Danse du ventre

Vidéodanse

Dans les salles de cinéma

L’édition Vidéodanse 2017 propose de prolonger son approche pluridisciplinaire du film de danse en multipliant les regards pour illustrer la richesse des propositions chorégraphiques. Cette édition est nourrie de projections de films en avant-première, de nouveautés et de redécouvertes. Les créations uniques et inclassables de Maguy Marin sont mises à l’honneur ainsi qu’une sélection de films autour du hip-hop évoquant la naissance de ce mouvement. Enfin la figure de l’amateur est explorée à travers les collaborations de chorégraphes comme Pina Bausch, Boris Charmatz ou Eun-Me Ahn avec des personnes âgées, des enfants ou des néophytes.
 

FILMS PROJETÉS

Pour connaître les dates et horaires des séances, rendez-vous ici !

Maguy Marin

Les Applaudissements ne se mangent pas // Babel Babel // BiT  // Cendrillon // Coppelia // Cortex // Grosse Fugue // Ha ! Ha ! // La Jeune Fille et la Mort // Luc Riolon, Maguy Marin, le pari de la rencontre // May B. // Nocturnes // Ramdam // SINGSPIELE // Tirtha // Umwelt 

Hip-Hop

Mohamed Belarbi, Radhouane El Meddeb, Jean-Pierre Noury et Bernard Fiou, Mourad Merzouki, Mohamed Rouabah, Anne Nguyen

Amateurs

La Ribot, Christine De Smedt, Alessandro Sciarroni, Cosimo Terlizzi, Dominique Hervieu, Stéphane Lebard, Mickaël Phelippeau, K. Goldstein, Eun-Me Ahn, Les Chiens de Navarre, Sophie Laly, Boris Charmatz, Tamar Rogoff et Daisy Wright, Philippe Jamet, Olivia Grandville, Jacques Simon, Eric Minh Cuong Castaing, David Daurier, Pina Bausch, Charlène Favier, David Ravel, Florence Vax, Jennifer Lacey et Nadia Lauro, Thierry Micouin, Valérie Nogue-Hubert, Bruno Leroux, Hervé Portanguen et Françoise Michel, Lilo Mangelsdorf, Philippe Jamet, Hervé Portanguen, Anne Linsel et Rainer Hoffmann, Olivia Grandville,Marinella Senatore, Roger Bernat, Julie Nioche, Marinella Senatore, Rachid Ouramdane, Gilles Jobin, 600 HIGHWAYMEN

Découvertes / Redécouvertes

Kitsou Dubois, Merce Cunningham, Cecilia Bengolea et Jeremy Deller, Philippe Decouflé, Marie-Hélène Rebois, Josselin Carré, Lucinda Childs, Anne Teresa de Keersmaeker, Raymond Hoghe, Laurent Aït Benalla, Hervé Robbe, Charles Picq, Yves Comeliau, Le Son d’Elsa 
Lloyd Newson, Éric Legay