Aller au contenu principal
Résumé

Par Yan Ciret et Christophe Domino, critiques d'art et commissaires d'expositions. En lien avec l'exposition « Le futurisme à paris. Une avant-garde explosive » L'homme n'a ni la hauteur morale, ni la densité physique de la machine. Là est la question. Pourtant la mécanique inaugure son règne, pulsant sa révolution industrielle dans tous les domaines du vivant. Les Futuristes sont les premiers à se saisir de cette révolution « surhumaine ». Il faut alors la déclarer, la décréter. Marinetti a ouvert la voie, avec son Manifeste en 1909. Boccioni, Carrà, Balla, Severini, Russolo, s'engouffrent dans la brèche moderniste. Ce sera le Manifeste des peintres Futuristes de 1910, haletant, impératif, tout est à détruire, tout est à inventer par la vitesse, le mouvement, l'art des bruits, la force ou la violence. La peinture sera pulvérisée,En lien avec l'exposition "Le futurisme à Paris. Une avant-garde explosive". 11h30, Petite salle.

Intervenants Yan Ciret : intervenant
Christophe Domino : intervenant