Skip to main content
Frida Kahlo, The Frame (Le cadre), 1938 - repro oeuvre

Focus sur... « The Frame » de Frida Kahlo

Après de nombreux voyages, The Frame, de Frida Kahlo, a enfin repris sa place de choix sur les cimaises du niveau 5 du Centre Pompidou. C’est l’unique tableau de l’artiste mexicaine visible dans un musée européen. Et l'un de ses plus emblématiques.

± 2 min

Le 5 février 2020, l'œuvre incontournable de Frida Kahlo, The Frame, a regagné les cimaises du Musée. L'unique œuvre de l'artiste au sein d'une collection européenne veille sur la salle 23 du niveau 5, s'offrant de nouveau aux regards des publics.

 

C’est sur un marché du village de Juquila, dans l’État d’Oaxaca, que Frida Kahlo achète ce petit cadre en verre, orné d’oiseaux, un motif traditionnel du folklore mexicain. À l’intérieur, elle glisse son autoportrait, peint sur une plaque d’aluminium. Le tableau, plutôt petit, fait à peine trente centimètres de long. L’autoportrait est peint sur une fine feuille d’aluminium griffée de sorte que son visage s’insère au centre d’un fixé-sous-verre de production artisanale mexicaine, destiné à encadrer soit un miroir, soit un portrait photographique, soit une image pieuse. Le visage de l’artiste apparaît dans une percée du décor luxuriant dont l’exubérance chromatique et ornementale renvoie aux accessoires et aux objets précolombiens omniprésents dans l’univers de Frida Kahlo.

 

L'art de Frida Kahlo est un ruban autour d'une bombe. 

André Breton

 

En janvier 1939, invitée par les surréalistes à Paris, Frida Kahlo vient présenter dix-huit tableaux petits formats, dans le cadre de l'exposition collective « Mexique ». Ses fans se nomment Pablo Picasso, Marcel Duchamp ou Max Ernst. The Frame est le seul tableau qu’elle parviendra à vendre.

Née Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón, Frida Kahlo fait partie des femmes artistes les plus connues du 20e siècle. Son style, puissamment personnel, se nourrit de ses souffrances physiques, de ses passions amoureuses, et puise dans l’imagerie populaire de son pays, tout comme dans les représentations pieuses. Profondément animée par la révolution socialiste, empreinte de « mexicanité » et de culture précolombienne, Frida Kahlo a laissé un œuvre riche, dont une cinquantaine de portraits. Le corps meurtri est l’un des nombreux motifs récurrents de l’œuvre de Kahlo. Elle a 18 ans lorsque le bus qui la transporte percute un tramway. Elle survit, mais son corps, entièrement traversé par une tige métallique, est brisé. Elle doit porter un corset en plâtre, et passe plusieurs mois alitée, et ne pourra jamais avoir d’enfant. Ses parents l'encouragent à peindre. Elle réalise alors beaucoup de d’autoportraits, grâce à un chevalet bricolé et un ingénieux système de miroirs placé au-dessus de son lit. 

 

Je me peins moi-même parce que je suis si souvent seule et que je suis le sujet que je connais le mieux. Frida Kahlo

 

C’est trois ans après son accident que Frida rencontre Diego Rivera. Il a vingt ans de plus qu’elle, et c’est déjà un peintre reconnu. Communiste engagé, il a vécu les grandes révolutions sociales du siècle (russes, zapatistes), et est un ami de Léon Trotski, Guillaume Apollinaire ou Auguste Rodin. Impressionné, il l’encourage dans la voie artistique. Ils se marient en 1929, divorcent en 1939. Puis se remarient un an plus tard. Plusieurs fois opérée, puis amputée à la jambe droite jusqu’au genou, Frida Kahlo meurt dans la nuit du 13 juillet 1954, des suites d’une grave pneumonie. « Espero alegre la salida y espero nunca volver. » (« J’espère que la sortie sera heureuse et j’espère bien ne jamais revenir ») sont les derniers mots qu’elle écrit. 

 

Depuis sa mort, l’influence de Frida Kahlo ne cesse de grandir. Elle est considérée comme une précurseure du féminisme. En 2002, Hollywood lui consacre même un biopic, avec Salma Hayek dans le rôle-titre, Frida. ■

#PompidouVIP

Un parcours inédit à découvrir

 

Cette déambulation au cœur des collections des niveaux 4 et 5 du Musée propose aux publics une expérience immersive qui déroule le fil des recherches formelles et esthétiques fondatrices de l’art moderne et contemporain. Ainsi, non loin des trois sublimes Bleu de Miró, Frida Kahlo s'offre aux regards. #PompidouVIP a pour vocation de mieux faire connaître les chefs-d’œuvre de la collection, notamment aux visiteurs étrangers. Accompagnée par des podcasts en français et en anglais, la visite permet ainsi à tous les publics, néophytes ou amateurs, d’approfondir et d’enrichir leur rencontre avec les œuvres phares du Musée.