Skip to main content

Debate / Encuentro

Barbara Cassin

Impressions païennes

05 jun 2008

El evento ha terminado

C'est de l'homme grec que l'on partira. L'étymologie grecque, vraie ou fictive, permet d'établir des liens entre le mortel, la lumière, et le fait de parler.

 

S'interroger aujourd'hui sur le sacré, c'est généralement en appeler à un extérieur unique, un point de référence transcendant. Faire descendre la référence parmi les hommes, les animaux et les arbres, c'est d'abord la multiplier, passer de Dieu à dieux pour appréhender une perméabilité hommes/dieux. Si le paganisme est l'autre du

monothéisme, ce n'est pas non plus l'athéisme ordinaire ; le Dieu qu'il n'y a pas est monothéique et majusculé.

 

« Tu n'étais à l'instant qu'un vieux couvert de loques, et maintenant tu ressembles aux dieux maîtres des champs du ciel » (Homère).

Voici une bonne définition du paganisme : celui qui arrive en face peut être un dieu. On interrogera à partir d'Homère l'organisation du « cosmos », la métamorphose, et leurs petits ou grands récits. On tentera de se demander alors ce que peut être un peintre païen, une œuvre d'art païenne, et par quelles médiations, après le monothéisme et la sécularisation, on peut dans notre siècle produire de l'immédiat.

Quando


05 jun 2008
Desde 19h30

Dónde

Petite salle

Artistas/ponentes