Skip to main content

Cine / video

L'Ange noir

02 ene 2011

El evento ha terminado

Magdalena Montezuma dans "L'Ange noir", de Werner Schroeter, 1974

Une Allemande et une secrétaire d'ambassade américaine s'éprennent des Dieux mexicains.

 

« Ce qu'il y a de prodigieux dans L'Ange noir, comme dans Que viva Mexico !

[d'Eisenstein], c'est qu'en montrant des visages ébahis de joie et d'autres traversés par la souffrance, en révélant la marque insistante de la Mort et cette manière d'allier le Mexique d'aujourd'hui à celui d'hier, Schroeter découvre les derniers Dieux du Mexique et de notre planète, chassés qu'ils le sont tous par le colonialisme et la consommation. » G. Courant, Werner Schroeter, Goethe-Institut - Cinémathèque Française, 1982.

 

« Et je pense que pour finir les Dieux du Mexique sont les Dieux de la vie en proie à une perte de force, à un vertige de la pensée ; et que les lignes qui montent au-dessus de leurs têtes donnent un moyen mélodieux et rythmique de faire monter la pensée sur la pensée. Ils invitent l'esprit à ne pas se pétrifier sur lui-même, mais au contraire, si l'on peut dire, à marcher. [...] C'est ainsi que, dans leur forme inhumaine, ces Dieux, qui ne se contentent pas de la simple stature d'homme, montrent comment l'Homme pourrait sortir de lui. » A. Artaud, Le Théâtre et les Dieux (1936), Œuvres, Gallimard, 2004.

Magdalena Montezuma dans "L'Ange noir", de Werner Schroeter, 1974

Quando


02 ene 2011
Desde 17h

Dónde

Cinéma 2