Skip to main content
Resumen

Sociologue, Dominique Memmi, après avoir défini le sacré comme contraire du profane, s'efforce ici de montrer comment les agents sociaux fabriquent du profane par rapport au sacré. Elle souligne que depuis la fin des années soixante (contraception, IVG, IMG, etc.) la société a vécu un déplacement radical du sacré et du profane. Du principe de "vie nue" qui sacralisait la vie comme survie, nous sommes passés au principe de "vie bonne" qui privilégie les conditions de cette vie. S'appuyant sur son travail (sur le comité d'éthique d'une part, dans la pratique hospitalière, d'autre part), elle démontre comme le monde social invente de nouvelles régulations et contribue ainsi à la sécularisation du sacré de la "vie nue".

Información adicional

Débat, Petite salle, Centre Pompidou, 16/06/2008

Participantes Ariane Poulantzas : animateur(s) / modérateur(s)
Dominique Memmi