Skip to main content
Resumen

Comment témoigner à chaud de guerres civiles ou de conflits? Le silence et l'oubli sont souvent considérés comme les conditions du retour à la paix. Mais lorsque l'apaisement repose sur la dénégation, on sait malheureusement que le retour de la violence est probable.

Écrivains, artistes, cinéastes prennent donc la parole et s'engagent à rendre compte en inventant de nouvelles formes de récit telles que la bande dessinée documentaire ou les films mêlant documentaire et fiction. Comment la fiction – dans le roman, le théâtre, la bande dessinée ou le cinéma – parvient-elle à toucher au plus près cette mémoire immédiate? La création artistique, l'imaginaire, peuvent-ils désamorcer le retour de la violence ? Pourquoi faire appel à de nouvelles formes de récit ? Quelles particularités chaque conflit présente-t-il qui appelle à ce renouvellement? Quels liens se tissent entre la fiction et le travail documentaire basé sur le recours critique aux archives, aux témoignages ?

Información adicional

Débat - Rencontre, Petite salle, Centre Pompidou, 10/10/2011

Participantes James Burnett
Séra
Ariane Mathieu : animateur(s) / modérateur(s)
Jean-Baptiste Phou
En el marco de la serie Mémoires contemporaines, du documentaire à la fiction
Comment témoigner de guerres civiles, de massacres ou de conflits récents ? Le silence et l'oubli sont souvent considérés comme garants d'une paix retrouvée. Mais des artistes prennent la parole pour rendre compte, à leur manière, de la violence politique. Ces écrivains, cinéastes ou dessinateurs inventent parfois de nouvelles formes de récit mêlant documentaire et fiction. Au-delà de l'indispensable travail de mémoire s'appuyant sur les archives et les témoignages, quel regard la fiction peut-elle porter sur une réalité historique ? Et comment peut-elle participer, à son tour, de ce travail de mémoire ? L'imaginaire a-t-il le pouvoir de désamorcer le retour de la violence ?