Skip to main content
Resumen

Henri Pena-Ruiz tente pour sa part de définir l'idéal laïque aujourd'hui, dans un monde déchiré où les fanatismes religieux réapparaissent. Dressant un parallèle entre le 11 septembre 2001 et la Saint-Barthélémy (24 août 1572), il refuse de stigmatiser une religion car il affirme que ce n'est pas la religion mais le cléricalisme qui est oppressif. Reprenant les moment historiques du christianisme, guerres de religions, croisades, inquisition, index des livres interdits, persécutions scientifiques et intellectuelles, Henri Pena-Ruiz rappelle que ces épisodes historiques sont les conséquences de la confusion entre l'Eglise et l'Etat.

Sur la notion du vivre ensemble, il souligne que l'on ne fait l'unité qu'en respectant la diversité et non en la détruisant comme le fait le cléricalisme. Il faut cependant se méfier de la destruction du vivre ensemble par le communautarisme. Alors que l'humanité est une, au-delà des différences, unité défendue par des personnalités comme Nelson Mandela, le mouvement Ni putes ni soumises...

La laïcité se définit comme une unité respectant la diversité et une diversité respectant l'unité. Croyants, athées, agnostiques peuvent se retrouver dans une croyance humaniste. La laïcité se fonde sur la liberté de conscience, sur le principe d'égalité, sur le principe d'universalité de la loi commune, de préservation du bien commun et sur la communauté de raisonnement.

Información adicional

Débat, Petite salle, Centre Pompidou, 04/04/2005

Participantes Henri Pena-Ruiz
Alain Seksig : animateur(s) / modérateur(s)