Skip to main content
Summary

Les réactions de Jean-Marie Fayolle Noireterre et de Yves Sauvayre à la projection du film de Frederick Wiseman renvoient à leur expérience de professionnels de la justice. Ils ont également accepté d'être filmés dans l'exercice de leurs fonctions et en témoignent ("L'Appel aux assises", Michèle et Joelle Loncol, 2003). Jean-Marie Fayolle Noireterre y voit avant tout un intérêt pédagogique et confirme que si, en correctionnel, la procédure est souvent trop rapide, elle retrouve tout son temps en assises. Mais il émet des réserves sur la diffusion de ces documentaires sur le long terme : même si tous les protagonistes ont donné leur accord, ils resteront dans le regard du public ce qu'ils étaient au moment du film. Yves Sauvayre s'accorde avec Jean-Marie Fayolle Noireterre sur ce problème du secret professionnel et de l'intimité des personnes filmées et relève deux aspects de la procédure américaine qui l'ont choqué dans le film de Wiseman : le pouvoir du juge de faire juger un mineur comme un adulte et donc de l'envoyer éventuellement à la chaise électrique ; le "bargain", c'est à dire le marchandage qui se fait autour de l'accusé et de la victime. Les deux intervenants s'accordent à reconnaître une image assez juste de l'affaire, malgré les raccourcis inévitables du montage.

Additional information

Table ronde, Petite salle, Centre Pompidou, 10/12/2007

Speakers Didier Sauvayre
Harold Epineuse : animateur(s) / modérateur(s)
Barbara Villez : animateur(s) / modérateur(s)