Skip to main content

Museo

Siempre en movimiento, como el propio Centro Pompidou, el Museo renueva periódicamente las colgaduras de sus salas y muros para exponer, junto a la colección permanente de arte moderno y contemporáneo, sus nuevas adquisiciones, artistas u obras que han permanecido al margen de la historia del arte, para compartir nuevas lecturas críticas... para suscitar y despertar nuevas miradas. 
Descubra aquí las novedades de las salas del Museo.

Colección permanente

La colección

Colección moderna: Nivel 5

Colección contemporanea: Nivel 4

 

El Musée national d'art moderne-Centre de création industrielle ofrece una de las panorámicas más completas de la historia del arte de los siglos XX y XXI:

  • en el nivel 5, los episodios fundacionales del arte moderno de 1905 a 1965, incluidos los movimientos de vanguardia
  • en el nivel 4, obras contemporáneas realizadas a partir de los años sesenta, incluidas las piezas más vanguardistas, así como instalaciones monumentales e inmersivas.

Información y reservas en la agenda

La selección de obras presentadas en el museo se renueva periódicamente. 
Algunas salas pueden permanecer temporalmente cerradas durante los periodos de colgado. 
Rogamos disculpen las molestias ocasionadas.


Presentaciones temporales

Todas las presentaciones temporales del Museo son accesibles
con una entrada «Colección» o una entrada «Exposición + Colección».

 

Reservar en línea

en curso

La bande dessinée au Musée

dans le cadre de l'événement La BD à tous les étages

Jusqu'au 4 novembre 2024

Niveau 5

 

En contrepoint de l'accrochage de la collection moderne (1900-1960), six salles sont consacrées à de grandes figures de la bande dessinée : Edmond-François Calvo, Will Eisner, Hergé, George Herriman, Winsor McCay et Geo McManus. Et des créations de 15 autrices et auteurs contemporains, jalonnant tout le parcours de visite du Musée, sont mises en dialogue avec des chefs-d'œuvre du Musée. Par le biais de ces multiples mises en résonance, le public est invité à renouveler le regard porté sur la collection du Centre Pompidou, tout en approfondissant sa perception de la bande dessinée contemporaine. 


Jean-Michel Othoniel
Le Petit théâtre de Peau d'Âne, 2005

18 juin – 30 septembre 2024

Niveau 4, salle 22

 

Fasciné par l’écrivain voyageur Pierre Loti (1850-1923), Jean-Michel Othoniel (né en 1964 à Saint-Étienne) découvre en 2002 des marionnettes bricolées par le jeune Loti à partir de matériaux rudimentaires et destinées à un petit théâtre inspiré du conte Peau d'âne de Charles Perrault. Séduit par son imagination débordante, Othoniel décide de redonner vie à ces figurines dans l’espace de son propre travail. Réduisant ses œuvres monumentales à l’échelle des personnages de Loti, il compose une scénographie qui joue avec la lumière et la transparence, le verre, les voilages… et rejoue les ambigüités, travestissements, rêveries propres au conte comme à la vie et l’œuvre de Loti.


Roland Moreno

3 juin 2024 – 2 septembre 2024

Niveau 4, salle 29

 

Inventeur visionnaire inclassable, électronicien et bricoleur, Roland Moreno (1945-2012) a marqué l’histoire technique de la seconde moitié du 20e siècle par ses méthodes de création libres et transversales. Dès la fin des années 1960, il imagine des objets inutiles à partir de composants électroniques, qui s’apparentent à de véritables « machines poétiques ». Ludiques, voire absurdes, elles ouvrent une réflexion sur les notions de désordre, de hasard et d’entropie. Mais aussi bien c'est à lui que l'on doit l'invention de la carte à puce qui célèbre cette année ses cinquante ans. 

 


À lire dans Le Magazine :

Le fabuleux destin de Roland Moreno, l'inventeur de la carte à puce


Ilya et Emilia Kabakov

À partir du 22 mai 2024

Niveau 4, salles 17 et 20

 

Figure tutélaire de l’école conceptualiste soviétique, Ilya Kabakov (1933-2023) débute sa carrière artistique dans l’underground moscovite. Puisant dans l’absurdisme littéraire comme dans les rares échos du pop art en URSS, ses dessins, tableaux et albums révèlent, sous une apparente trivialité, une critique implicite de la société totalitaire. Dès le début des années 1980, il conçoit en duo avec Emilia – qui devient son épouse en 1992 – des installations et des œuvres pour l’espace public. S'inscrivant dans la lignée explicitement romantique de l’« œuvre d’art totale », et traversées par une attention profonde à la condition humaine, celles-ci le font aussitôt connaître à l’étranger. 

Hommage à l'artiste disparu il y a un an, cet accrochage présente une sélection d'œuvres issues de ses collections, dont une installation inédite, Two Times (2020). 


Hommage à Andrea Branzi
Le règne des vivants

14 mai 2024 – 14 octobre 2024

Niveau 4, salles 27 et 28

 

Architecte, designer, théoricien, Andrea Branzi (1938, Florence – 2023, Milan) est une figure majeure de l’histoire du design et de l’architecture. Un ensemble d’œuvres du créateur – notamment la série de maquettes Dolmen (2014) et une installation inédite Bamboo Interior Wood (2023) – est mis en lumière au sein de la collection. L’occasion de revenir sur la singularité de son travail.


Roberta González

2 avril – 9 mars 2025

Niveau 5, salle 18

 

Fille du sculpteur espagnol Julio González, Roberta González (1909-1976) naît à Paris dans un milieu artistique, grandit à Montparnasse, enclave catalane fréquentée par Pablo Picasso, se marie en 1939 avec le peintre abstrait Hans Hartung. Ses recherches plastiques dialoguent avec celles de son père ou de son mari. Ce n'est qu'après-guerre que son style s'affirme et qu'elle connaît ses premiers succès personnels, jusqu'à emporter en 1949 une mention au prix Hallmark qui lui permet d'exposer aux États-Unis et en Amérique latine.


Amadeo de Souza-Cardoso, Sonia et Robert Delaunay. Correspondances

3 avril – 9 septembre 2024

Niveau 4, salle 34

 

Conçue en partenariat avec la Fondation Calouste-Gulbenkian de Lisbonne, cette exposition explore les liens, tant amicaux qu’artistiques, que Robert et Sonia Delaunay ont entretenus avec le peintre portugais Amadeo de Souza-Cardoso (1887-1918). Après leur rencontre en 1911, les trois artistes se fréquentent régulièrement, d’abord à Paris puis au Portugal à partir de 1915. Articulé en deux volets se répondant symétriquement, le parcours présente les œuvres des trois artistes, de leurs débuts jusqu’à la fin de la Première guerre mondiale, en faisant apparaître à la fois leurs préoccupations communes et leurs disparités.

 

Avec le soutien de 

Fondation Gulbenkian - logo


Ronan Bouroullec
Resonancia

28 de febrero — 23 de septiembre de 2024

Nivel 4, sala 33


Arte bruto. Donación de Bruno Decharme
Lenguaje / obra

30 de enero – 17 de septiembre de 2024

Nivel 4, sala 5

 

En 2021, el Centre Pompidou recibió una donación excepcional de arte bruto de casi un millar de obras procedentes de la colección de Bruno Decharme. Las exposiciones temáticas de los niveles 4 y 5 del museo, que se renuevan periódicamente, permiten revelarle progresivamente al público este fondo de obras destacadas. 


El nuevo ciclo de encuentros mensuales «AB/CP - Art Brut au Centre Pompidou» ofrece al mismo tiempo la oportunidad de explorar la riqueza de este fondo, con la intervención de especialistas y la presentación de películas, lecturas y creaciones.


Fred Forest et les technologies de l’information
Archives de projets vidéos et numériques

24 janvier – 22 juillet 2024

Niveau 4, Espace des collections film, vidéo, son et œuvres numériques

 

Pionnier de la vidéo, dont il est l’un des tout premiers artistes à se saisir en France, Fred Forest a consacré sa carrière à l’exploration des technologies des médias de masse. Docteur d’État à la Sorbonne et professeur en sciences de l’information et de la communication, il est l’un des fondateurs du Collectif d’Art Sociologique, ainsi que de l’esthétique de la communication. S’il développe sa première connaissance des réseaux en tant que contrôleur des postes et télécommunications, et utilise la vidéo dès 1967, sa pratique touchera également la presse, la radio, les réseaux télématiques, le net art, la réalité virtuelle ou encore les NFT.

Par des actions volontiers provocatrices menées auprès d’un large public, son travail interroge la manière dont ces technologies transforment notre environnement social et médiatique. Ses expériences participatives, comme celle présentée au sein de cet accrochage La Banque du pied (2023), renversent le rapport entre média et spectateur, en incitant ce dernier à se voir non plus comme récepteur passif de l’information, mais comme acteur de sa propre conception. Fred Forest explore ainsi le potentiel artistique et émancipateur des technologies de la communication et les limites du rapport de pouvoir qu’elles instaurent sur l’individu

 

À partir de nombreuses actions en France et à l’international, cet accrochage présente un ensemble d’archives de cet œuvre qui, depuis les années 1960, a accompagné de manière systématique l’évolution des nouveaux médias. 

  • Asseyez-vous et retirez votre chaussure du pied droit. 
  • Posez votre pied sur une feuille de papier et dessinez le contour de son empreinte. 
  • Ajoutez votre prénom ou votre pseudo, ainsi que votre pays et ville d’origine en lettres capitales. Si vous le souhaitez, inscrivez également le nom de la femme ou de l’homme le plus important selon vous dans l’histoire de l’Humanité (que ce soit un écrivain, un chanteur ou un footballeur) à l’intérieur du pied, sans aucun dépassement à l’extérieur de la trace du pied. 
    Vous pouvez également réaliser cette même opération depuis chez vous, et décorer votre pied selon votre technique préférée. Plume, aquarelle, lavis, peinture, photographie, pratiques numériques, etc. Toutes les techniques sont acceptées.
  • Une fois votre création achevée, vous pouvez envoyer votre photo :
  • Votre photo sera visible dès le 24 janvier 2024 dans l’exposition et sur le web à cette adresse : https://flockler.embed.codes/j59zej

Ídolos
Diálogo de lo antiguo y lo moderno

18 de octubre de 2023 – 10 de marzo de 2025

Nivel 5, sala 5

 

Este diálogo entre el arte moderno y la Antigüedad se beneficia de préstamos excepcionales del Museo del Louvre.


Donación de Florence y Daniel Guerlain

21 de junio de 2023 – 22 de enero de 2024

Nivel 4, sala 7

 

Los coleccionistas, Florence y Daniel Guerlain, donaron en 2012 alrededor de 1200 dibujos al Museo Nacional de Arte Moderno. Se trató de un gesto de gran generosidad que desde entonces se fue ampliando con la donación de varias obras de los ganadores del Premio de Dibujo que ellos mismos iniciaron. El Centre Pompidou expone alrededor de treinta de estas obras, que han enriquecido su colección de arte gráfico hasta el punto de transformar su fisionomía.


próximamente

Liliane et Michel Durand-Dessert
Un engagement radical

25 juin – 31 septembre 2024

Niveau 4, salles 12, 13, 14

 

Passionnés, visionnaires, Liliane et Michel Durand-Dessert ouvrent leur première galerie d'art à Paris en 1975. Dotés de convictions esthétiques radicales, ils exposent, collectionnent et apportent leur soutien à divers artistes de la scène française et internationale, en particulier italienne, allemande et anglaise, pendant près de trente ans. Et s'ils ferment leur galerie en 2004, c'est pour poursuivre leur aventure à la découverte d’autres civilisations et à la collection d’objets ethnographiques extra-occidentaux. Leurs dons généreux faits au Musée entre 1991 et 2023 permettent de retracer l’histoire et le succès de leur galerie. 


Bang Hai Ja

25 juin 2024 – 9 mars 2025

Niveau 5, salles 39 et 40

 

Le Musée présente une douzaine de peintures de l'artiste coréenne Bang Hai Ja (Séoul, 1937 – Aubenas, 2022), récemment entrées dans la collection grâce à une donation de sa famille. Figure singulière dans l’histoire de l’art qui relie la Corée et la France, Bang Hai partageait sa vie entre Paris (où elle s'est installée dès 1961), Séoul et Ajoux en Ardèche. Abstraite, spirituelle, riche des deux cultures auxquelles elle puise (papier traditionnel hanji, pigments purs…), son œuvre elle-même semble une membrane suspendue entre deux mondes. 


Simone Boisecq et Karl-Jean Longuet

25 juin – octobre 2024

Niveau 5, salle 37

 

Les sculpteurs Simone Boisecq (1922-2012) et Karl-Jean Longuet (1904-1981) œuvrent sous le regard l'un de l'autre pendant plus de trois décennies. Lorsqu'ils se rencontrent à Paris en 1946, ils ont pourtant une sensibilité et un parcours très différents. Une visite de l'atelier de Constantin Brancusi en 1949, année de leur mariage, s'avère décisive pour leur travail. 

Cet accrochage propose de remettre en dialogue leur œuvre, au travers d'un ensemble de sculptures et de dessins conservés par le Musée national d'art moderne. 

Para preparar o prolongar su visita al museo