Skip to main content
Resumen

Projection de "Mon Oncle", de Jacques Tati, 1958 (extraits).

 

Mais de quel son veut-on parler ici? Qu'aurait-il de si sensationnel? Eh bien justement, cette faculté de s'adresser directement à nous par la sensation autant que par le sens. Le son s'introduit discrètement par la pertinence de son ajustement avec une partie de l'image. Cette adéquation simple s'effectue par la raréfaction nécessaire à la désignation. Par surgissement, on désigne avec

le son ce qui de l'image doit être activé.

Pour la première séance, c'est un modèle de désignation qui va nous aider à mieux cerner ce propos. "Mon Oncle", film situé à l'apogée de la démarche sonore de Jacques Tati, s'avère être de ce point de vue l'exception, c?est un aboutissement, un modèle pédagogique. Aucune règle n'est transposable à tous, c'est ce que ce nouveau cycle nous révèlera. Aucun modèle, chaque film appelle sa propre pensée, chaque réalisateur doit, et pour chaque film différemment, opérer un ajustement sonore.

Información adicional

Projection - Conférence, Cinéma 2, Centre Pompidou, 09/02/2009

Participantes Daniel Deshays
En el marco de la serie Regards critiques, 01-01-2008
Prolongeant son activité de programmation de films documentaires, la Bpi propose des rendez-vous réguliers d'analyse de films à partir de janvier 2008. Regroupés en cycles, ces rendez-vous sont confiés à un critique, un enseignant ou un programmateur qui fait partager sa conception de la critique. A chaque séance, leur conférence suivra la projection d'un film choisi aussi bien parmi les oeuvres majeures du cinéma documentaire que parmi les oeuvres plus novatrices de la production contemporaine. Le premier volet, intitulé "Histoire du cinéma sous influence documentaire" a été confié au cinéaste Jean-Louis Comolli. Le deuxième volet, intitulé "Histoires d'archives : lire les images du passé" est confié à l'historienne Sylvie Lindeperg Le troisième volet, intitulé "La part sonore du cinéma" est confié à l'ingénieur du son Daniel Deshays. Le quatrième volet, intitulé "Ceci n'est pas... un documentaire" est confié à Bernard Eisenschitz. Le cinquième volet, intitulé "Autre chose ? Le cinéma dit-il « autre chose »?", est confié à Carole Desbarats.
01/01/2008