Skip to main content
Summary

Philippe Artières construit son intervention autour de la méprise de Maurice Blanchot, qui raconte avoir croisé Michel Foucault dans la cour de la Sorbonne en mai 68. Or Foucault n'était pas à Paris à ce moment-là... Foucault peut en effet, symboliser a posteriori, tout comme le "Boul'Mich", ce mouvement de Mai 68 et notamment la mise en cause d'un certain ordre de la parole.

La figure de l'anonyme permet selon Philippe Artières aux historiens de changer de point de vue sur l'histoire, de révéler de nouvelles sources. C'est de ce théâtre de l'ombre que sont sorties des figures au centre de l'historiographie contemporaine : l'homosexuel, l'immigré, le colonisé.

Additional information

Colloque, Petite salle, Centre Pompidou, 16/02/2008

Speakers Antoine de Baecque : animateur(s) / modérateur(s)
Philippe Artières