Skip to main content

Cinema

Les Flocons d'or

16 Dec 2010

The event is over

Magdalena Montezuma, "Les Flocons d'or", de Werner Schroeter, 1973-1976

Quatre histoires, « Cuba », « Drame du rail », « Cœur brisé » et « La trahison », encadrées par un prologue et un épilogue, exaltent la sensualité des corps et la beauté des visages.

Le film préféré de Werner Schroeter, qui mit beaucoup de temps à voir le jour et subit de nombreuses coupes. Version intégrale digitale.

« La séquence en noir et blanc de Flocons d'or dans laquelle je joue, est, je pense, la plus belle chose que j'ai faite au cinéma. Werner a su extirper cette fameuse fragilité, cette transparence si délicate que j'ai en moi, que l'on connaît mais qui n'avait jamais été représentée de manière aussi pure. Pour Andréa Ferréol, c'est la même chose. Je pense que pour elle aussi son travail avec Werner, dans cette même séquence, est la plus belle chose qu'elle ait faite. Elle est pulpeuse, sexy, renoiresque. C'est une part de son physique qu'on ne trouve pas ou trop peu dans ses autres films. » B. Ogier, propos recueillis par G. Courant le 01/12/1981, Werner Schroeter, Goethe-Institut - Cinémathèque Française, 1982.

Magdalena Montezuma, "Les Flocons d'or", de Werner Schroeter, 1973-1976

When


16 Dec 2010
From 19h30

Where

Cinéma 1

Artists/personalities