L'œuvre Alice - Centre Pompidou

L'œuvre

Alice

concept.resource

Reproduction d'une œuvre

Crédit photographique : © Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© Madame Harumi Klossowska de Rola et Adagp, Paris

À propos de l'œuvre

Balthus (1908 - 2001)

Alice

(Alice dans le miroir)

printemps 1933 - été 1933

Huile sur toile

162,3 x 112 cm

Inscriptions :S.D.B.G. à la peinture noire : Balthus 1933

Achat avec l'aide du Fonds du Patrimoine 1995

Numéro d'inventaire : AM 1995-205

En savoir plus

Cartel développé du Musée national d’art moderne, rédigé dans le cadre du nouvel accrochage des collections modernes, 2015-2016

Lorsqu'elle est présentée au public en avril 1934, Alice crée le scandale : « rien ne peut me faire plus plaisir, écrit Balthus, car je suis de ceux qui savent encore payer de leur corp s». Agé de 26 ans, l'artiste réalise ce nu d'après la jeune épouse de son ami Pierre Leyris, Betty Holand. Le visage charmant, proche de celui du modèle, tranche avec un corps curieusement galbé - sein lourd, taille fine, pieds enfantins. Placé sous les sombres auspices d'un regard aveugle, le sexe, exhibé au centre de la toile, se fait menaçant. Loin de tout naturalisme, Alice est caractéristique d'un réali...

 lire la suite

Service de l’information des publics et de la médiation

Extrait du catalogue Collection art moderne - La collection du Centre Pompidou, Musée national d’art moderne , sous la direction de Brigitte Leal, Paris, Centre Pompidou, 2007

Plus choquante encore que celle de La Leçon de guitare , pourtant reléguée dans l’arrière-salle de la galerie Pierre, la nudité d’ Alice (cat. rais. n° P 71) a fait passer les spectateurs de la première exposition personnelle de Balthus, en avril 1934 (il avait 26 ans), de l’autre côté du miroir, les transformant en « voyeurs ».

Par avance, le jeune peintre avait justifié sa volonté d’exposer des tableaux érotiques. Il écrit à Antoinette de Watteville, le 1 er janvier 1934 : « D’ailleurs aujourd’hui l’érotisme dans un art est la seule chose qui fasse encore sursauter les pantins dont je t...

 lire la suite

Isabelle Monod-Fontaine