Aller au contenu principal

Qui sommes-nous ?

Je voudrais passionnément que Paris possède un centre culturel […] où les arts plastiques voisineraient avec la musique, le cinéma, les livres, la recherche audiovisuelle, etc.

Georges Pompidou 

 

Une vocation, l’art pour tous les publics

En 1969, le président Georges Pompidou décide de doter la France d’un lieu inédit : un centre d’art et de culture qui puisse accueillir à la fois le Musée national d’art moderne et contemporain au rayonnement international, une grande bibliothèque publique (future Bpi), un centre de création industrielle et un centre de recherche et de création musicale (Ircam), réunis dans un seul et unique bâtiment situé au cœur de la capitale. Féru d’art, le couple présidentiel est aussi un ardent défenseur de sa démocratisation. Pour Claude et Georges Pompidou, le Centre Pompidou doit être le lieu où se rencontrent toutes les disciplines, où dialoguent les artistes et les publics. Il doit également soutenir les scènes émergentes, ouvrir et provoquer le débat. Les travaux de construction, titanesques, commencent en mai 1972 sous la houlette de Renzo Piano et Richard Rogers alors jeunes architectes. Le président, décédé en 1974, ne pourra hélas pas voir le Centre Pompidou achevé. Il sera inauguré par son épouse le 31 janvier 1977.  

 

Dès son ouverture, le succès est immédiat. Qu’on y vienne en curieux, en amateur ou en spécialiste, qu’on soit d’ici ou d’ailleurs, le Centre Pompidou accueille tous les publics. Le lieu, qui se veut une « machine culturelle », abolit les frontières entre les disciplines, entre les générations et devient rapidement l’un des cinq monuments parisiens les plus fréquentés. 


La première collection d’art moderne et contemporain en Europe

Patiemment construite au fil des ans, la collection d’art moderne et contemporain rassemble plus de 120 000 œuvres aujourd’hui, elle est la plus riche d’Europe, la deuxième au monde. Joseph Beuys, Louise Bourgeois, Constantin Brancusi, Marc Chagall, Robert et Sonia Delaunay, Otto Dix, Jean Dubuffet, Marcel Duchamp, Frida Kahlo, Vassily Kandinsky, Yves Klein, Fernand Léger, Henri Matisse, Annette Messager, Joan Miró, Piet Mondrian, Jean Prouvé, Niki de Saint-Phalle, Xavier Veilhan, et tant d’autres !  

 

Aux niveaux 4 et 5, les œuvres de la collection offrent une expérience immersive unique qui déroule le fil des recherches formelles et esthétiques fondatrices de l’art moderne et contemporain, avec un accrochage entièrement renouvelé tous les deux ans et des rotations d’œuvres régulières. Ces rotations permettent le renouvellement des salles, sans altérer les repères historiques. De salles en coursives, de couloirs en travées, le parcours du Musée dévoile la diversité de la collection et des territoires de la création dans toutes les pratiques : photographie, images en mouvement, peinture, sculpture, design, architecture, films expérimentaux et vidéos… Enrichie au fil du temps par de nouvelles acquisitions soutenues notamment par de généreuses donations, la collection ne cesse de s’accroître et de s’ouvrir aux nouvelles scènes. C’est le sens, depuis les années 2000, du travail prospectif des conservateurs et conservatrices mené pour accompagner la mondialisation de l'art et la multiplication des scènes contemporaines, en direction des pays de l'ancienne Europe de l'Est, du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord, de l'Amérique latine et plus récemment de l'Asie du Sud et de la Chine ainsi que de l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique du Sud. 

 

Collection inégalée, monographies d’exception et expositions-événements ont fait du Centre Pompidou une destination incontournable de l’art, avec plus de trois millions de visites chaque année. Parmi les expositions qui ont marqué leur temps, citons « Paris-New York », « Paris-Moscou » et « Paris-Berlin » (1977-1981), « Manifeste » (1992), « elles@centrepompidou » (2009) ; sans oublier les monographies à succès comme celles consacrées à Pierre Soulages en 2009, Salvador Dalí en 2013, Jeff Koons en 2014, René Magritte en 2016 ou récemment Francis Bacon (2019), qui ont attiré entre 500 et 800 000 visiteurs. 


Un centre au croisement des disciplines

Le cinéma, en salles ou au Musée, est également très présent au Centre Pompidou, par le biais d’expositions, de festivals (Hors Pistes, Cinéma du réel…), ou de rétrospectives consacrées à des cinéastes reconnus ou à (re)découvrir. La « Grande salle » et la « Petite salle » permettent d’accueillir les spectacles vivants. Danse, concerts, performances, théâtre, etc. donnent à voir la création contemporaine dans toute sa diversité. Elles accueillent également les conférences et les débats qui peuvent aussi avoir lieu dans le Forum.

 

Ces activités dans les champs du spectacle vivant, de la parole, des cinémas et de la performance sont orchestrées par le département culture et création. Conformément à l’identité du Centre Pompidou, lieu de réflexion et d’expérimentation, il développe dans chacun de ces domaines une approche prospective, attentive au renouvellement de leurs formes et au croisement de leurs approches. En lien étroit avec le Musée national d’art moderne, mais aussi avec l’Ircam et la Bpi, il met en relation les pratiques artistiques contemporaines et l’actualité de la vie des idées, contribuant à faire du Centre Pompidou un espace d’échange et de débats où les savoirs et la création trouvent à dialoguer


Énoncer ses engagements

Pour le Centre Pompidou, énoncer ses engagements, c’est rappeler sa vocation d’origine : la création même d’un centre d’art et de culture en prise avec les mutations de son temps a, voilà plus de quarante ans, anticipé sur les mouvements qui, de toutes parts, appellent aujourd’hui les institutions culturelles à se faire l’écho des mouvements de fond de nos sociétés.

 

Le premier engagement du Centre Pompidou réside de fait dans son rapport à la création : faire découvrir au plus grand nombre les œuvres modernes et contemporaines à travers des expositions d’exception, soutenir la création émergente en proposant une programmation prospective, fondée sur la liberté et l’inventivité des artistes. À cet engagement premier se rattachent des lignes sinueuses parce qu’elles circulent entre les formes et les disciplines les plus variées (à la question ouverte ici par une exposition renvoie, là une performance, ailleurs un cycle de rencontres, un concert, une rétrospective). Ces lignes, qui se recoupent parfois comme se télescopent les enjeux du présent, sillonnent la surface de la programmation et imprègnent en même temps le fonctionnement même de l’institution comme autant de jalons d’un travail au long cours.

 

L’urgence environnementale, la lutte contre le racisme et les discriminations, l’égalité et le respect entre les genres, ainsi que la cohésion sociale et le partage des savoirs sont les lignes d’aujourd’hui. Puisant leurs racines dans l’histoire même du Centre Pompidou, ces lignes d’engagement tracent des trajectoires et des repères qui font du Centre un lieu toujours profondément en résonance avec la société. 


Jeune public et médiation culturelle : au plus près des publics

Le Centre Pompidou a été, dès son ouverture, la première institution à proposer des activités et des expositions imaginées spécialement pour les plus jeunes. Une programmation leur est entièrement dédiée à la Galerie des enfants, dans les différents ateliers jeune public, ou encore au sein du Studio 13/16, lieu dédié aux adolescents et à leurs pratiques. 

 

La médiation, écrite ou orale, repose sur deux valeurs essentielles : la confrontation à la pratique artistique et la rencontre avec l’artiste. Visites, ateliers, cycles thématiques, masterclasses, événements festifs permettent cette expérience partagée au plus près des publics, jeunes ou adultes, dans le Centre Pompidou et hors de ses murs grâce un vaste programme d’actions dans les territoires.  

 

Cette recherche de proximité avec le plus grand nombre est également de plus en plus soutenue et amplifiée par l’innovation et le déploiement des offres numériques. Le site Internet offre ainsi un accès libre et facilité à l’ensemble de la collection, des ressources pédagogiques et culturelles enrichies, de nouvelles expériences de visite et des possibilités démultipliées de partage et d’échanges. 


Le Centre Pompidou, au-delà de ses murs

Présent à Metz, Málaga, Bruxelles, et Shanghai, le Centre Pompidou se déploie hors de ses murs parisiens, à la rencontre de nouveaux territoires et de nouveaux publics. Fidèle à son esprit d’ouverture et désireux de partager sa collection et ses savoir-faire, il mène de nombreuses actions sur le plan national et international. 

 

À l’international, le Centre Pompidou déploie un modèle singulier de développement qui consiste à « co-construire » avec des partenaires, pour une durée de 5 à 10 ans, des projets qui tiennent compte des attentes et des spécificités locales, plutôt qu’établir des filiales. Le partenaire assure l’exploitation des lieux, le Centre Pompidou conçoit en étroite coopération avec lui la programmation culturelle et apporte son expertise-conseil dans les domaines de la conservation, de la médiation et de l’action éducative. 

Outre ces implantations, le Centre Pompidou conçoit aussi à l’étranger des expositions spécifiques pour des partenaires, et accompagne bien entendu les itinérances de ses expositions. Chaque année, quelque 6 000 prêts et 6 000 dépôts sont également consentis dans le monde entier. 

 

Tout autant essentiels, les projets menés sur le territoire national témoignent de sa volonté d’aller toujours plus au-devant des publics, d’investir davantage le champ social, de favoriser l’accès à l’art et la culture pour le plus grand nombre. 

Le Centre Pompidou-Metz est un bel exemple de cet ancrage territorial ; il demeure le centre d’art moderne et contemporain le plus visité en France, hors région Île-de-France. Mille formes à Clermont-Ferrand, le premier centre d’initiation à l’art pour les 0-6 ans, participe également de cette dynamique. Les projets « 1 jour, 1 œuvre », la « Fabrique mobile » ou le manège itinérant « Saule et les hooppies », pour ne citer qu’eux, montrent des œuvres dans des lieux du quotidien ou favorisent l’éveil à l’art pour le jeune public. 


Expertise et conseil

Le Centre Pompidou dont les savoir-faire sont reconnus dans le monde entier, accompagne, à travers l'école pro, créée en 2018, les entreprises, associations, institutions culturelles ou collectivités locales, en France comme à l’international, dans la réalisation de différents projets d’ingénierie culturelle ou dans leurs actions de formation. 

 

Convaincu que le dialogue entre les entreprises et la création artistique d’aujourd’hui permet de mieux imaginer le monde de demain et de s’y préparer, le Centre Pompidou a également créé le Fonds de dotation Centre Pompidou Accélérations pour travailler avec les entreprises qui souhaitent s’engager étroitement auprès du monde artistique, des équipes et des publics du Centre Pompidou. 

Au cœur de Paris, un cœur.

Francis Ponge sur le Centre Pompidou