Skip to main content
Summary

Ernesto Sabato, Julio Cortazar, Oswaldo Soriano, Silvia Baron Supervielle, Arnaldo Calveyra, Abel Posse, Juan José Saer, Hector Bianciotti, Alberto Manguel, Alicia Dujovne-Ortiz, Saül Yurkievitch, Luisa Futoranski, José Muñoz et Carlos Sampayo, Edgardo Cozarinsky, Gregorio Manzur, Eduardo Berti, Tununa Mercado ou Santiago Amigorena… Pour le théâtre, Jorge Lavelli, Copi, Alfredo Arias et le groupe TSE, Facundo Bo, Marilù Marini ou Marcial di Fonzo Bo… Pour la musique et la chanson, Miguel-Angel Estrella, Atahualpa Yupanqui ou le Cuarteto Cedron. Et bien d'autres encore… La liste est longue et généreuse, riche de bien des talents. Tous ont en commun d'être argentins et d'avoir partagé des instants d'exil à Paris. Quelques-uns y sont demeurés, d'autres ont adopté la nationalité française, parfois la langue, certains y sont morts, beaucoup y vivent encore. Nombre d'entre eux, accompagnés de

quelques compagnons, ont accepté l'invitation de ce rendez-vous

afin de témoigner de ces allers-retours fraternels et complices entre Buenos Aires et Paris.

Toutes ces parcelles de l'Argentine à Paris mêleront leurs itinéraires, leurs encres et leurs exils et nous conduiront dans le labyrinthe, dans l'ombre de Borges, dans les interstices de la création, dans l'entrebâillement du pays de l'écriture, dans la déchirure parfois féconde de l'absence et de l'éloignement. Il sera question de la fuite des dictatures et des oppressions, de blessures plus intimes, des traces souvent douloureuses d'un exil contraint et blessé, mais aussi de l'extraordinaire sursaut vital et joyeusement fécond de leurs écrits.

Pour un moment tango ou pour une mémoire argentine, dans la connivence et la quête des mots et de la langue, il s'agira de remonter à la source de leurs origines multiples, de mesurer l'exemplarité de leurs combats et de leurs armes secrètes, de partager leur humour et leurs rires, d'emprunter la ligne et l'ombre de la poésie ou le fleuve sans rives du roman, d'approcher "cette frontière extrême du langage où la parole est la demeure de l'être" comme le dit Hector Bianciotti. Ainsi, pendant trois jours, d'entendre Paris à l'heure de Buenos Aires. À moins que ce ne soit l'inverse !

(Bernard Magnier)

Additional information

Table ronde, Petite salle, Centre Pompidou, 03/12/2005

Speakers Gérard Noiret : animateur(s) / modérateur(s)
Néstor Ponce
Eduardo Olivares : animateur(s) / modérateur(s)
Carlos Sampayo
Eugénie Alquezar
Silvia Baron-Supervielle
Gérard Meudal : animateur(s) / modérateur(s)
Edgardo Cozarinsky
Bernard Magnier : conseiller(s) scientifique(s)
Tununa Mercado
Daniel Mordzinski
José Muñoz
Miguel-Angel Estrella
Miguel Praino
Arnaldo Calveyra
As part of the serie D'encre et d'exil, 01-01-2001
Durant trois jours, des écrivains d'un même pays ou d'une même région géographique sont réunis et rencontrent le public. Ils ont un point commun, écrire et être partis de chez eux pour pouvoir le faire. Dictature, pauvreté, guerre, mal-être, chaque exil est l'histoire d'un être et d'un peuple, et chaque écriture est là pour le dire et ne pas oublier.
01/01/2001