Aller au contenu principal
Résumé

Cette seconde séquence du colloque tente d'inscrire l'historiographie de Mai 68 dans une historiographie plus large. Or, depuis les années 80, l'histoire culturelle et l'histoire du corps et des moeurs dominent le paysage historiographique. Antoine de Baecque interroge les historiens invités sur la manière dont Mai 68 est devenu un objet pour ces deux approches historiennes.

André Rausch pour sa part s'interroge plutôt sur le fait de savoir si Mai 68 constitue un événement ou plusieurs événements. A travers la surcharge symbolique attachée à Mai 68, il cherche à retrouver l'unité de l'événement. Sur la présence des corps, il pointe l'importance des photographies de presse dans le mouvement et les conséquences de la participation ouvrière.

Comme André Rauch, Pascal Ory recentre le débat autour de la notion d'événement/s. Il se place du point de vue de l'après Mai 68 et de son propre état d'acteur, de témoin, d'historien. Et il confirme, à travers l'historiographie culturelle notamment, l'importance du basculement de Mai 68. Mais des historiographies de la période et de son héritage restent à faire comme celle de l'université, de l'église, du son ou de l'image...

Le public est ensuite invité à poser des questions et à discuter avec les intervenants.

Information complémentaire

Colloque, Petite salle, Centre Pompidou, 16/02/2008

Intervenants Jean-Philippe Legois
Xavier Vigna
Antoine de Baecque : animateur(s) / modérateur(s)
André Rauch
Pascal Ory