Aller au contenu principal
Résumé

Jean-Louis Comolli relève plusieurs éléments particulièrement signifiants dans ce film, autant sur l'image que sur la bande son. Le film, très ludique, est en effet hypermonté, l'absence de son synchrone offrant, comme pour "L'homme d'Aran", d'autant plus de liberté au cinéaste. Le procédé du "commentaire en direct" donne au spectateur l'impression d'une course poursuite entre la bande son et la bande image et c'est ici la parole qui est également libérée. La distance qu'implique le commentaire des personnages, et notamment d'Oumarou Ganda, sur les images permet à la fois à ces personnages de prendre le dessus sur le "maître" Rouch et de placer le spectateur actuel en situation de connivence avec le personnage spectateur de son film. La question coloniale traverse donc tout le film avec subtilité en conciliant subjectivité et approche documentaire.

Information complémentaire

Projection - Conférence, Cinéma 2, Centre Pompidou, 24/03/2008

Intervenants Jean-Louis Comolli