Aller au contenu principal
Résumé

"Classe de lutte" (réal. Groupe Medvedkine de Besançon, 1969) est réalisé en réponse au film de Chris Marker et Mario Marret "A bientôt, j'espère", par un collectif d'ouvriers qui a critiqué les choix des cinéastes. Ce film présente des éléments très novateurs dans le milieu du cinéma militant. Tout d'abord le personnage de Suzanne qui symbolise toute la lutte, malgré que le film soit réalisé par un collectif, et qui symbolise également l'une des particularités du cinéma : la faculté d'ubiquité. Ensuite, l'affranchissement du cinéma vis à vis du temps chronologique qui, dans ce film, symbolise la permanence de la lutte.

Information complémentaire

Projection - Conférence, Cinéma 2, Centre Pompidou, 12/05/2008

Intervenants Jean-Louis Comolli