Skip to main content
Summary

L'Europe du XXe siècle est connue autant pour ses conflits idéologiques que pour ses guerres dévastatrices, amenant les

historiens à parler du « continent noir » et de «l'ère des extrêmes». Toutefois, une autre Europe s'est tissée tout au long de ce même siècle, une Europe qui a fini par s'imposer par ses forces de reconstruction et par ses capacités de réconciliation au lendemain des ruptures successives qu'ont constitué les deux guerres mondiales et la guerre froide.

Le paradoxe essentiel est peut-être celui-ci : que les tournants décisifs de l'histoire européenne contemporaine ont été pris moins dans les guerres que dans les périodes d'après-guerre, quand les Européens ont dû enfin faire face aux violences qui les avaient tellement divisés.

Trois périodes d'après-guerre ? les années 1920, les années 40-50, et les années 90 ? seront évoquées et l'on se demandera en quoi l'Europe s'est façonnée, à un niveau transnational, dans ces trois tentatives successives de résorber les violences de guerre. Ainsi pourrait-on proposer une lecture moins noire et - toutes proportions gardées - plus optimiste de ce XXe siècle européen.

Additional information

Conférence, Petite salle, Centre Pompidou, 01/12/2008

Speakers John Horne
Thierry Grognet
Nicolas Offenstadt
As part of the serie Éclairages pour le XXIe siècle, 01-01-2002
Ce cycle souhaite offrir un éclairage particulier sur des thèmes d'actualité dans toutes les disciplines, en s'appuyant sur des parutions éditoriales récentes.
01/01/2002