Aller au contenu principal

Photographie, arme de classe

La photographie sociale et documentaire en France dans les années 1930. Capture du monde social

Mené entre 2015 et 2018, le projet « Capture du monde social » est un programme de recherches inédit dans son envergure, associant le Cabinet de la photographie du Mnam et le Labex Arts H2H.

Il vise à expliciter le contexte de production d’un corpus d’images conservées dans les collections photographiques du musée et à enrichir la compréhension du développement de la photographie sociale, politique et documentaire en France dans l’entre-deux-guerres. Cet aspect demeurant encore lacunaire dans l’historiographie malgré l’intérêt de plusieurs générations de chercheurs à l’origine de divers études récentes menées principalement sous l’angle monographique.

L’acquisition en 2011 de la collection de Christian Bouqueret par le Mnam, composée de près de 7000 tirages réalisés par une centaine d’auteurs représentatifs de l’activité photographique de l’entre-deux-guerres en France, fut le point de départ d’investigations visant à contextualiser et à étudier des reportages, des séries documentaires produits dans le cadre d’activités liées à l’engagement politique à gauche de leurs auteurs : publication dans des revues comme Regards ou VU, coopération avec les associations de photographes ouvriers (APO) ou encore exposition dans le cadre des activités de la section photo de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR). Un grand nombre des photographes de la collection Bouqueret et de la collection de photographies du Mnam en général est en effet lié à cette organisation dont l’activité fut l’objet d’investigations au travers d’autres fonds du Mnam (fonds Eli Lotar) et d’autres archives tant publiques que privées, à Paris et à l’étranger.  

Initié dans ses débuts par Clément Chéroux, ex-conservateur et chef de service du département, et Christian Joschke maître de conférences à l’université de Nanterre, le projet a été coordonné au cabinet de la photographie même par Damarice Amao, que ce soit pour l’orientation des recherches et la constitution d’outils de travail devant mener à la réalisation de l’exposition et à l’ouvrage l’accompagnant (assistante d’exposition et du catalogue Lise Tournet Lambert). Grâce à l’aide de stagiaires, inscrits en master recherches à Nanterre sur des sujets liées au projet (Mathilde Esnault, Eva Verkest), un investissement a été porté dans le dépouillement le plus exhaustif possible de revues de l’époque comme Regards, VU, Marianne, et d’autres plus confidentielles afin d’identifier les publications des photographies conservées dans notre collection. En parallèle, Gabrielle de la Selle, ingénieure de recherches, a conduit diverses investigations dans des fonds d’archives identifiés au préalable afin de retrouver des informations sur les diverses organisations photographiques et personnalités liées aux sujets (AEAR, APO, galerie de la Pléiade). Quelques-unes de ces archives explorées sont répertoriées sur le site internet accompagnant le programme de recherches. Doctorant associé à l’équipe de recherches, Max Bonhomme, a apporté son expertise sur la question du photomontage en France ainsi que son aide pour l’organisation des deux journées d’études à l’INHA qui ont permis de faire un état des lieux historiographiques avec la participation de confrères étrangers (25 mars 2016 et 3 mars 2017).  

 

L’exposition « Photographie, arme de classe » et le catalogue d’exposition qui l’accompagne (coédition Centre Pompidou et Textuel) ont permis de valoriser les recherches menées et d’offrir au public de spécialistes et d’amateurs une documentation inédite ainsi qu’une nouvelle lecture de nos collections et de cette période trop souvent résumée à l’iconographie du Front populaire et de la guerre d’Espagne. 


Deux journées d’études organisées par le Labex avec la collaboration du Cabinet de la photographie/ Mnam

  • 25 mars 2016 : « La photographie comme arme. Photographie sociale et documentaire dans les années 1930 », INHA.  
  • 3 mars 2017 : « L’internationale de la photographie sociale. Les réseaux transnationaux dans le Paris des années 1930 », INHA.

 

Livrable

  • Exposition « Photographie, arme de classe », Paris, galerie de photographies, 7 novembre 2018 – 4 février 2019  
    Commissariat : Damarice Amao, Florian Ebner, Christian Joschke 
  • Catalogue d’exposition Photographie, arme de classe, coédition Centre Pompidou et Textuel 
    Direction de l’ouvrage : Damarice Amao, Florian Ebner, Christian Joschke  

 

Suites du projet 

Itinérances à l’étranger de l’exposition avec deux institutions partenaires et contributeurs au catalogue :  

Musée de la photographie, Charleroi : 28 septembre 2019 – 19 janvier 2020 

Centre de la photographie, Genève : 11 février – 11 mars 2020 


Équipe scientifique

Projet mené par le Cabinet de la photographie/Mnam en partenariat avec le Labex Arts H2H.  

 

  • Pilotage du projet : Clément Chéroux (ex-conservateur et chef de service, Cabinet de la photographie ; départ en 2016) et Damarice Amao (assistante de conservation, Cabinet de la photographie) / Christian Joschke (maître de conférences, Université Paris X Nanterre)  
  • Ingénieure d’étude : Gabrielle de la Selle  
  • Chercheur associé : Max Bonhomme (doctorant, Université Paris X Nanterre) 
  • Stagiaires : Lise Tournet Lambert, Eva Verkest, Mathilde Esnault (master recherches, Université Paris X Nanterre)