Aller au contenu principal
Résumé

Présentations et discussions autour de projets de films documentaires animés : un voyage en mer (podorange), le quotidien d'une école en France dans un quartier réputé difficile (le C.O.D. et le coquelicot), l'histoire d'un juif tunisien champion de boxe, déporté pendant la dernière guerre (Young Perez à poings fermés). Choisir de faire un film documentaire en images animées c'est, selon Claire Fouquet : "reconstruire une réalité pour la rendre plus vraie que le vrai".

Information complémentaire

Rencontre, Petite salle, Centre Pompidou, 27/10/2013

Intervenants Jeanne Paturle
Claire Fouquet
Jean-Jacques Kahn
Franck van Leeuwen
Cécile Rousset
Dans le cadre de la série Documentaire... mais pas trop, 24-10-2013
Une autre image : La forme du cinéma d'animation a fait irruption dans ma vie, lorsque j'ai compris qu'on ne pouvait pas exprimer avec des images dites réelles, l'indicible ou «l'irreprésentable» au cinéma. Images ou histoires violentes, anticipation, il fallait trouver le moyen de « formuler » autrement, inventer une image autre, une autre image peut-être. La peinture avant tout, la peinture en mouvement, me paraissait apte à exprimer cette violence et cette invention, sans la faire subir au spectateur. Échapper au voyeurisme, laisser vivre la fantasmagorie, sentir plutôt que de voir, voilà ce qui est en jeu. Le large spectre du cinéma d'animation est un outil exceptionnel pour la rencontre du document et de l'image recomposée. De la science- fiction au documentaire historique, de l'abstraction documentée à la forme poétique et lyrique, le cinéma d'animation peut créer la surprise de cette autre image. Serge Avédikian, septembre 2013
Cinéma 2, Centre Pompidou, 24/10/2013