Aller au contenu principal
Résumé

L'angoisse est l'expérience commune de la vulnérabilité de l'être humain "jeté dans le monde", mais elle peut être aussi un facteur de responsabilisation ; c'est le "courage d'être" de Paul Tillich. Quelle est la réponse des religions à cette question posée par le rapport entre angoisse et désir, et à celle de l'omniprésence du mal qui reste un mystère pour l'homme ? Les divers discours religieux sur la mort n'ont qu'une relative pertinence même s'il n'existe pas de religion qui ne s'interroge sur un au-delà de l'homme et qui ne propose, sous une forme ou une autre, un "salut", une guérison de l'être.

Information complémentaire

Rencontre, Petite salle, Centre Pompidou, 20/01/2003

Intervenants François Jullien
Catherine Chalier
Werner Jeanrond
Michel Meslin : conseiller(s) scientifique(s)
Jean Greisch : animateur(s) / modérateur(s)
Dans le cadre de la série Les religions face aux interrogations contemporaines, 01-01-2002
Dans une stricte perspective d'anthropologie religieuse et de comparatisme pluridisciplinaire, la Bpi propose ce cycle de huit conférences et débats pour analyser et comprendre les réponses apportées par les religions aux interrogations contemporaines. La connaissance des faits religieux est un élément important pour la compréhension de notre monde actuel. Dans nos sociétés occidentales, de plus en plus sécularisées, la pratique religieuse paraît reculer, mais les religions demeurent en fait, et fonctionnent comme des repères. Elles entendent apporter une réponse aux questions de nos contemporains, en générant ainsi des engagements qui vont de positions ouvertes, pacifiques et humanitaires jusqu'à certaines attitudes fondamentalistes et intégristes. L'interpénétration des cultures a pour corollaire un pluralisme religieux qui porte en lui une valeur réelle, dès lors qu'il est accepté et reçu également par tous.
01/01/2002