Aller au contenu principal

Beyond Matter

Reconstitution virtuelle de l’exposition « Les Immatériaux », 1985

« Beyond Matter » est un projet financé par la Commission européenne, via son agence pour l’Éducation, l’audiovisuel et la culture (EACEA). Il est porté par le Zentrum für Kunst und Medien (Zkm) de Karlsruhe en Allemagne, et rassemble des institutions artistiques européennes aux profils divers : le Centre Pompidou à Paris, le Ludwig Muzeum de Budapest en Hongrie, le centre d’art Sihtasutus Kunstihoone de Tallinn en Estonie, le Tirana Art Lab en Albanie et l’école d’art Aalto Korkeakoulusaation d’Helsinki en Finlande. Il se déroule sur 3 ans et demi, d’octobre 2019 à mai 2023.

 

« Beyond Matter » vise à développer des outils technologiques et théoriques pour la reconstitution virtuelle d’expositions passées et la documentation d’expositions en cours. Dans l’espace du web et celui du musée, avec ou sans lunettes de réalité virtuelle, il s’agira de créer des rendus 3D interactifs nourris par différentes strates d’informations, elles-mêmes issues de réflexions à la croisée des disciplines : commissariat d’exposition, scénographie, muséologie, médiation, conservation, numérisation, documentation… 

Le logiciel de reconstitution virtuelle et sa base de données seront mis en œuvre par l’entreprise privée Weiss AG, spécialisée dans la réalité virtuelle, sur la base des technologies qu’elle développe depuis 2008. Les différents partenaires du projet alimenteront eux-mêmes la base de données, qui sera notamment évolutive et ouverte à un très grand nombre de formats de fichiers textes, images, son, vidéo et 3D.


Le Centre Pompidou s’attachera à la reconstitution de l’une de ses expositions pionnières, « Les Immatériaux », qui a eu lieu en 1985 dans la Grande Galerie (niveau 5 du Centre Pompidou). Le philosophe Jean-François Lyotard en était le commissaire général, associé à Thierry Chaput, du Centre de Création industrielle, et Bernard Blistène du Musée national d’art moderne.

 

« Les Immatériaux » sont un essai aux fondements philosophiques adoptant l’exposition comme média ou interface. En faisant dialoguer œuvres d’art, technologies et documents scientifiques, les commissaires interrogeaient la condition humaine, dans différents domaines de la vie physique et psychique, à l’ère des nouvelles technologies. La scénographie, particulièrement novatrice, privilégiait la désorientation, la stimulation de tous les sens et l’interactivité. Les visiteurs, dont le parcours n’était pas contraint mais « induit » par des écrans suspendus à l’opacité variable, étaient munis d’un casque diffusant une bande sonore variant au gré de leur déambulation dans les vingt-six zones de l’exposition.

 

L’ensemble des archives relatives aux « Immatériaux » se trouve dans les archives institutionnelles du Centre Pompidou et a déjà fait l’objet d’études approfondies. Le chercheur Andreas Broeckmann, notamment, leur consacre ses recherches depuis plus 5 ans. Outre le fait que la documentation est par endroits lacunaire, l’intention du projet « Beyond Matter » n’est pas nécessairement d’aboutir à une reconstitution virtuelle complète et millimétrée des artefacts et des espaces de l’exposition. La réalité virtuelle sera pensée comme un média nouveau à travers lequel seraient données à comprendre – traduites et non pas reproduites – les intentions philosophiques et sensibles qui se manifestaient dans les « Immatériaux » à travers la construction si particulière des interactions entre artefacts, espaces, technologies et visiteurs. La problématique de conservation d’une exposition – ou « manifestation » selon le mot de Jean-François Lyotard – qui fait écho à des préoccupations proprement muséales, sera également au cœur des réflexions.

 

La reconstitution virtuelle des « Immatériaux » va s’élaborer au fil d’aller-retour nécessaires entre pratique – maniement de la technologie et immersion dans les archives – et théorie. L’une des premières étapes « test » consistera en la reconstitution virtuelle d’une zone de l’exposition bien documentée intitulée « Labyrinthe du langage »