Skip to main content
Summary

Pour réfléchir au statut de l'image d'archive à la télévision et à la montée en puissance de genres hybrides comme le docu-fiction, nous étudierons une production récente de la BBC, Auschwitz, les nazis, la « Solution finale » (2005).

Ce programme écrit et produit par Laurence Rees, en collaboration avec les historiens Ian Kershaw et David Cesarini, mêle des témoignages filmés, des plans et des photographies d'archive, des scènes de fiction interprétées par des comédiens, des vues tournées en couleurs sur le site d'Auschwitz-Birkenau, enfin des images de synthèse permettant de reconstituer certaines installations du camp. Il permettra ainsi de réfléchir à l'économie d'échange entre ces différents régimes du visible supposées s'authentifier, s'attester, s'auto-justifier mutuellement : le va-et-vient entre le document d'archive, le témoignage et l'image au présent, semble en effet fonctionner comme un amoncellement de preuves qui vient valider le discours historique.

Cette dernière séance sera l'occasion d'évoquer la perte de la dimension du hors-champ, la question du point de vue, la dilution des perspectives temporelles.

En regard de ce téléfilm seront convoqués des extraits des oeuvres d'Alain Jaubert "Auschwitz, l'album, la mémoire" (1984) et de Harun Farocki "Images du monde et inscription de la guerre" (1989).

Additional information

Projection - Conférence, Cinéma 2, Centre Pompidou, 12/01/2009

Speakers Sylvie Lindeperg
As part of the serie Regards critiques, 01-01-2008
Prolongeant son activité de programmation de films documentaires, la Bpi propose des rendez-vous réguliers d'analyse de films à partir de janvier 2008. Regroupés en cycles, ces rendez-vous sont confiés à un critique, un enseignant ou un programmateur qui fait partager sa conception de la critique. A chaque séance, leur conférence suivra la projection d'un film choisi aussi bien parmi les oeuvres majeures du cinéma documentaire que parmi les oeuvres plus novatrices de la production contemporaine. Le premier volet, intitulé "Histoire du cinéma sous influence documentaire" a été confié au cinéaste Jean-Louis Comolli. Le deuxième volet, intitulé "Histoires d'archives : lire les images du passé" est confié à l'historienne Sylvie Lindeperg Le troisième volet, intitulé "La part sonore du cinéma" est confié à l'ingénieur du son Daniel Deshays. Le quatrième volet, intitulé "Ceci n'est pas... un documentaire" est confié à Bernard Eisenschitz. Le cinquième volet, intitulé "Autre chose ? Le cinéma dit-il « autre chose »?", est confié à Carole Desbarats.
01/01/2008