Aller au contenu principal
Résumé

Filmer pour voir, filmer pour comprendre. Dans "L'Homme d'Aran" (1934), Robert Flaherty suppose, hypothèse, que le monde resterait fragmentation et chaos, menace et mort, s'il n'y avait le cinéma. Qu'en est-il de ce qu'on appelle « documentaire »? Que nous apprend la pratique de celui qui passe pour avoir fondé le genre ? Perdu sur son île qui est en même temps salle de montage et labo, Flaherty se demande jour après jour si, pour lui, la seule « réalité » n'est pas la réalité filmée, si, autrement dit, la robe sans couture de la réalité ne devient pas au cinéma collage des lambeaux innombrables du manteau d'Arlequin? Montage, illusion, croyance: le spectateur est aveuglé par ce qu'il voit, alors que le cinéaste ne croit que ce qu'il filme. Cela donne un film enragé, où s'oppose à la violence du vent, des tempêtes, des requins, des pierres mêmes, la non moins grande violence des images. Encore une fois, l'impossibilité technique (et pratique, en l'occurrence) de prendre du son direct synchrone ouvre à une démultiplication des puissances du montage. (Jean-Louis Comolli)

Information complémentaire

Projection - Conférence, Cinéma 2, Centre Pompidou, 25/02/2008

Intervenants Jean-Louis Comolli
Dans le cadre de la série Regards critiques, 01-01-2008
Prolongeant son activité de programmation de films documentaires, la Bpi propose des rendez-vous réguliers d'analyse de films à partir de janvier 2008. Regroupés en cycles, ces rendez-vous sont confiés à un critique, un enseignant ou un programmateur qui fait partager sa conception de la critique. A chaque séance, leur conférence suivra la projection d'un film choisi aussi bien parmi les oeuvres majeures du cinéma documentaire que parmi les oeuvres plus novatrices de la production contemporaine. Le premier volet, intitulé "Histoire du cinéma sous influence documentaire" a été confié au cinéaste Jean-Louis Comolli. Le deuxième volet, intitulé "Histoires d'archives : lire les images du passé" est confié à l'historienne Sylvie Lindeperg Le troisième volet, intitulé "La part sonore du cinéma" est confié à l'ingénieur du son Daniel Deshays. Le quatrième volet, intitulé "Ceci n'est pas... un documentaire" est confié à Bernard Eisenschitz. Le cinquième volet, intitulé "Autre chose ? Le cinéma dit-il « autre chose »?", est confié à Carole Desbarats.
01/01/2008