Aller au contenu principal
Résumé

Pendant sa préparation, ce programme a presque toujours été pensé en fonction des discussions que nous avions eues et que je me promettais d'avoir (vives, à coup sûr) avec Jean-André Fieschi. Parallèlement à mes choix, j'imaginais les siens. Nombre de films qu'il aurait sans doute choisis devant la même commande ont été écartés; ils me paraissaient mieux convenir à la cohérence qu'il aurait donnée à un ensemble lui appartenant en propre, et composent en creux son programme imaginaire. Dans un texte sur l'Ambassade, il mentionne par exemple les "Maîtres fous" et "Gare du Nord" (Jean Rouch), les "Photos d'Alix" (Jean Eustache) et la "Région centrale" (Michael Snow). Il les désigne comme « des objets inquiétants, difficiles à ramasser, mais dotés d'un pouvoir d'envoûtement tenace, et productifs de relances inépuisables ». Seul le premier film se retrouve dans le présent programme, la définition en revanche me convient parfaitement.

Elle s'applique évidemment à ses films et en particulier à ce dernier, le "Jeu des voyages". S'agit-il d'un journal, d'une nouvelle enquête de Philip Marlowe, d'un travail de deuil envers les amis, etc.? Non, oui. Une autobiographie fleuve (les vingt-sept cassettes durent vingt heures), une encyclopédie. JAF s'y est dicté en tout cas d'observer certaines lois, les mêmes que lorsqu'il suivait Pasolini ou arpentait les rives du Niger : pas un arrêt à l'image, pas un son ajouté, la chronologie des tournages strictement respectée, un rapport du monté au tourné de un pour trois ou quatre. La différence est dans l'objet de l'enquête qui se révèle au bout du compte: tout simplement le bonheur.

Information complémentaire

Projection - Conférence, Cinéma 2, Centre Pompidou, 01/03/2010

Intervenants Bernard Eisenschitz
Dans le cadre de la série Regards critiques, 01-01-2008
Prolongeant son activité de programmation de films documentaires, la Bpi propose des rendez-vous réguliers d'analyse de films à partir de janvier 2008. Regroupés en cycles, ces rendez-vous sont confiés à un critique, un enseignant ou un programmateur qui fait partager sa conception de la critique. A chaque séance, leur conférence suivra la projection d'un film choisi aussi bien parmi les oeuvres majeures du cinéma documentaire que parmi les oeuvres plus novatrices de la production contemporaine. Le premier volet, intitulé "Histoire du cinéma sous influence documentaire" a été confié au cinéaste Jean-Louis Comolli. Le deuxième volet, intitulé "Histoires d'archives : lire les images du passé" est confié à l'historienne Sylvie Lindeperg Le troisième volet, intitulé "La part sonore du cinéma" est confié à l'ingénieur du son Daniel Deshays. Le quatrième volet, intitulé "Ceci n'est pas... un documentaire" est confié à Bernard Eisenschitz. Le cinquième volet, intitulé "Autre chose ? Le cinéma dit-il « autre chose »?", est confié à Carole Desbarats.
01/01/2008